Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2007

Sauvons également des fresques

Le docteur Jean-Yves Feberey, un de nos amis amoureux de Budapest, nous envoie des photos et le commentaire suivant. Nous vous le proposons pour mieux illustrer le combat que nous menons pour éviter les destructions en cours. Même si nous ne pouvons enregister une nouvelle note chaque jour, l'evolution d'un tel dossier ne pouvant être que lente, nous essayerons de l'animer avec les témoignages que nous recevons. N'hésitez pas à nous faire part de vos propres réactions, contacts, échanges. Faites signer la pétition autour de vous, plus nous serons nombreux, plus elle aura du poids.

    Le gouvernement hongrois est visiblement pris d'une fièvre immobilière grave. Entre chacun de mes voyages à Budapest, des pâtés de maison entiers sont rasés aussi dans les IX° et VIII° arrondissements, comme je vous l'avais déjà signalé je crois. On y reconstruit des immeubles qui ne sont pas forcément des barres de béton et acier, mais rien à voir avec ce qui a été démoli... 

Au cours de mes promenades dans Budapest, je me suis attardé dans une magnifique double cour arborée et bien ensoleillée. Les immeubles, d'un ou deux étages, seraient habités par des Tsiganes.

e0a835fb245a47a59f9041f2929bd61f.jpg
On y trouve également des fresques. J'avais pu échanger quelques mots avec des habitants, qui - très gentiment - ne comprenaient pas qu'un touriste puisse prendre autant d'intrêt à photographier les lieux, mais ce sont eux qui m'ont montré les fresques. Ils m'ont expliqué qu'il faudrait tout refaire.
Il faudrait proposer une réhabilitation concertée avec les habitants des lieux, et qui ne débouche en aucun cas sur leur départ définitif, mais sur un relogement provisoire et un retour dans le même appartement rénové, ou éventuellement un autre si les personnes le souhaitent.
917695ede499f73e69b1d4686e25abb7.jpg
Enfin, le gouvernement hongrois va vendre aussi la "Maison Jaune", le vénérable Institut national de Psychiatrie et Neurologie, fondé en 1868. Le II° arrondissement de Budapest est très convoité par l'immobilier de prestige, face auquel le destin des malades mentaux et de ceux qui les soignent ne pèse évidemment pas grand chose.
   
Dr. Jean-Yves Feberey (Nice)
Prochainement, nous publierons un article plus détaillé du Dr. Feberey, relative à la fermeture annoncée de la "Maison Jaune" et envoyé à la revue Le Coq-Héron

Les commentaires sont fermés.