Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2007

L'infâmie : destruction du dernier vestige de l'enceinte de l'ancien ghetto de 1944

IMMEUBLES MUTILÉS DANS LA ZONE DE PROTECTION (ZONE TAMPON)

15 rue Király

Extrait du dossier accablant constitué par l'Association Ovás!

c9308d2da338f5b4c4da0ba2d27aa449.jpg

Année de construction : 1848 – 53
Architecte – Concepteur : Ágoston Pollack
Maître d‘ouvrage : József Splényi attaché à la cour impériale, royale
Description : immeuble d‘habitation de trois étages avec deux cours, de style classiciste, en limite arrière de parcelle avec le bâtiment il y avait une clôture massive constituée de murs composites. En 1944, c‘est ici que s‘étendait la limite du ghetto, c‘est pourquoi, il avait été surélevé à l‘époque de dalles de béton, de crochets de fer et de fils barbelés.
Année de démolition de la clôture : 2005.
Au moment où la parcelle voisine s‘est construite (immeuble de sept étages avec garage sous-terrain) les habitants de l‘immeuble se sont tournés vers le KÖH et le maire du VIIème arrondissement, György Hunvald, pour leur demander de ne pas laisser détruire le seul vestige restant à leur connaissance du mur du ghetto au profit de la construction voisine. Le représentant du KÖH (rapporteur responsable pour le VIIème arrondissement) et le maire, György Hunvald, ont personnellement pris l‘emplacement en considération. Ils ont alors tous deux tranché contre l‘avis des habitants, estimant que c‘était sans valeur et que cela pouvait être détruit. La société Autóker Holding l‘a ainsi fait démolir en 2005. ÓVÁS! n'ayant pris connaissance de ces faits qu'à la fin de l‘année 2006 a sauvé, avec l‘aide du gérant, en les déposant dans un local vide, une partie des anciennes briques marquées restées sur place (parce que les démolisseurs avaient emporté et revendu les pierres et la majeure partie des briques marquées).
Situation actuelle : sans changement. En janvier 2007, au moment où le scandale a éclaté, ÓVÁS! a reçu la promesse du rapporteur du KÖH et de Tamás Fejérdy le dirigeant du secrétariat hongrois du Patrimoine mondial que l‘ancienne limite du ghetto serait remise à jour et protégée. Nous n‘avons pas connaissance de la remise à jour, et la protection n‘est pas intervenue à ce jour.

Les commentaires sont fermés.