Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2007

Le sort du vieux quartier juif de Budapest, sa situation actuelle - un article d'Anna Perczel - III - Les priorités sont donc les suivantes

 

III - Les priorités sont donc les suivantes 

 

Application urgente et rétroactive - par une ordonnance ministérielle ou par une loi - du Plan de gestion concernant également les sites du patrimoine mondial et leurs zones de protection. Ce Plan de gestion existe depuis 2005 mais n'a jamais été appliqué. Jusque-là on doit arrêter les démolitions et interdire les modifications!

Création le plus vite possible de l'Organisme de gestion pour les sites du patrimoine mondial. (C’est une obligation dans les deux ans suivant l'inscription au patrimoine mondial, donc cet organisme devrait exister ici depuis 2004!)

Élaboration d'un programme de réhabilitation, c'est-à-dire d'un programme de préservation et de renouvellement qui concerne tout le quartier (donc pas seulement la partie protégée, mais toute la zone délimitée par le boulevard Károly – la rue Andrássy – les boulevards Teréz et Erzsébet et la rue Rákóczi, qui constitue un ensemble organique). Antérieurement ou parallèlement à l'élaboration de ce programme, il est important d'élaborer un plan des déplacements urbains ayant pour objectif une diminution du trafic dans le quartier.

Ce programme de réhabilitation doit être débattu dans le cadre d’une consultation publique élargie. Il doit mener à l’élaboration d'une réglementation fine et axée sur les valeurs du quartier.

Pour que les changements produits dans le quartier soient vraiment axés sur la création et la préservation des valeurs et qu'on puisse agir dans l'intérêt des gens qui y vivent, on doit créer sur place et dès le début - donc déjà pendant la période de l'élaboration du programme et du plan de renouvellement - un Bureau de gestion et de coordination indépendant qui va s'occuper uniquement du futur du quartier et qui sera capable de coordonner la multitude des éléments, des possibilités, des intérêts, des acteurs, des programmes, des appels d'offres liés à la réhabilitation du quartier juif.

Hors du bureau de coordination on a besoin d'un corps consultatif composé d’experts et de représentants des organismes non gouvernementaux (associations), qui puisse ainsi également exercer un contrôle social.

Il est encore nécessaire que le plan et les règlements d’urbanisme de la capitale (FSZKT, BVKSZ) traite les quartiers protégés de façon différenciée, que la réglementation adoptée concernant la protection du paysage urbain et la densité du bâti soit unanimement sévère. Il est nécessaire que la capitale diminue radicalement la valeur du coefficient d'occupation des sols et de la densité du bâti dans les quartiers situés à l’intérieur du boulevard circulaire (Nagykörút) ainsi que dans les quartiers historiques situés en decà. (Au lieu d'un coefficient d'occupation des sols de 6, un coefficient maximum de 3-3,5, comme à Paris) et au lieu de la densité du bâti de 80-85% une densité de 60%, max. 70%). Elle doit augmenter simultanément la proportion d’espaces verts obligatoire, limiter la circulation automobile, ne pas tenir compte du règlement national sur le nombre de places de stationnement obligatoire par parcelle. Elle doit lancer l’élaboration d’un programme réaliste qui puisse être mis en application, non pas dans 10 ans mais dans 1-2 ans, visant à diminuer le trafic dans tout le centre-ville et la limitation de la circulation et du stationnement.

Pour la rénovation des quartiers historiques, pour la réalisation du Programme de préservation et de renouvellement on a besoin - en dehors de la réglementation juridique du Plan de gestion - de l'élaboration d'une loi concernant le renouvellement et la réhabilitation de la capitale, qui définirait les modalités, la mesure, le caractère de la participation obligatoire de la capitale et de l'Etat. Cette loi mettra fin à cette situation inadmissible créée par la loi sur les municipalités, qui permet à une municipalité d'arrondissement de ruiner, allant même jusqu’à démolir en quelques années, pour des intérêts matériels à court terme, le quartier historique, formé pendant des siècles et qui lui a été confié.

Les commentaires sont fermés.