Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2007

Que se passe-t-il à Erzsébetváros ?

Quelques réactions suite à la conférence de presse donnée le jeudi 13 décembre par György Hunvald, maire du VIIème arrondissement et Tamás Mezős, dirigeant du KÖH (Office de protection du patrimoine culturel). Des articles de la presse hongroise en ont rendu compte et sont traduits ci-dessous en français.

Cette conférence de presse, ces initiatives répondent à la mission d'expertise envoyée par l'UNESCO-ICOMOS du 5 au 7 novembre 2007 dont nous ignorons toujours les conclusions. Rappelons que cette mission a été diligentée suite à diverses plaintes exprimées par l'Association hongroise Ovás! relayée par une pétition lancée à l'initiative de l'association française des Mardis hongrois de Paris

Le point positif qui semble ressortir de ces premières mesures annoncées par les dirigeants des deux institutions ayant le pouvoir de laisser démolir le patrimoine du quartier juif ou d'arrêter les dégâts, est qu'ils semblent enfin prendre la mesure des enjeux, commencer à bouger et prendre des initiatives.

Mais, en revanche ce qui parait très inquiétant, c'est l'impression que ces initiatives n'ont pour but que de répondre à la sollicitation de l'UNESCO, à l'expertise qui a eu lieu et de calmer les interrogations du comité du Patrimoine de l'UNESCO. Il pourrait bien s'agir d'éteindre une procédure éventuelle devant le comité du Patrimoine mondial qui devrait se réunir au mois de juin ou juillet 2008.

Il est clair que Tamás Mezös (Président de l'office de protection du patrimoine culturel) et György Hunvald (maire du VIIème arrondissement de Budapest) s'apprêtent à traiter ensemble dans la précipitation (sans y faire participer les associations) au cas par cas, le devenir des immeubles du secteur sans aucun plan de réhabilitation global.

La pratique qui semble se généraliser est celle du façadisme, ou plutôt d'un façadisme déguisé. On conserverait les façades intéressantes ainsi que deux ou trois mètres de bâtiment derrière les façades. Ceci a déjà été mis en oeuvre avec le maire du VIIème par exemple aux 8 et 10, rue Sip, à 20 mètres de la grande synagogue. C'est une technique de surélévation progressive derrière la façade conservée, comme schématisée ci-dessous. L'immeuble de la rue Sip (déjà évoqué sur le présent blog) atteindra 7 étages environ et sera quasiment aussi haut que la grande synagogue sa voisine.
                         ______
                         !
                         !                    
                 _____!
                !
                !
        _____!
        !
        !
 Rue !

En l'absence d'éléments plus précis que les articles de presse,  et les déclarations d'intention d'un maire qui a déjà prouvé à quel point le patrimoine culturel de Budapest lui était étranger, nous avons quelques raisons d'exprimer des craintes quant à l'avenir.

Les commentaires sont fermés.