Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2008

Quartier juif de Budapest : son histoire urbaine jusqu'à ce jour par Anna Perczel (5/10)

La transformation du quartier pendant la période de la formation de la métropole de Budapest (1898–1914)

Pendant la période entre 1896 et la première guerre mondiale, quand la capitale de la Hongrie est devenue métropole mondiale, elle a également acquis un bâti urbain d’une toute autre échelle. Dans le quartier juif, cette époque était représentée par des grands immeubles résidentiels, bâtis tout au long des rues Wesselényi et Dohány, à quatre ou cinq étages, en style historisant tardif, ou bien en style art nouveau ; selon la réglementation la hauteur de corniche pour les nouvelles constructions atteint 23 mètres. Cependant, l’apparition des nouveaux immeubles n’a entraîné aucune perturbation dans la structure urbaine du quartier. Bien qu’au long des rues, réglementées plus larges, les bâtiments étaient placés sur un alignement en recul, la construction était faite d’une parcelle à l’autre, préservant ainsi le rythme des rues. A cette époque, la plupart des propriétaires étaient des riches commerçants, médecins, avocats, entrepreneurs juifs – alors que les projets étaient toujours faits par les meilleurs architectes. Entre les immeubles résidentiels plusieurs étaient construits par des associations juives, pour leur servir en tant que sièges ou en tant que différentes fondations de charité. C’était également le temps de l’apparition des grandes institutions culturelles : du côté du quartier du Grand Boulevard et, en même temps, tout près de l’avenue Andrássy, en remplacement de l’Institut Israélite des Aveugles a été bâti l’Académie de la Musique, ainsi que, dans sa proximité, le Musée Ernst et plusieurs théatres.

La communauté juive orthodoxe devait attendre bien longtemps avant que sa nouvelle synagogue puisse être inaugurée en 1913 dans la rue Kazinczy. Près du Grand Boulevard une série d’hôtels et de cinémas s’est ouverte. Elisabethville-centre possédant plusieurs sources thermales, auprès des bains rituels et publics déjà existants, le Bain Hungária, l’orgueil du quartier, aujourd’hui disparu, fut bâti. Le nombre des passages, traits caractéristiques du quartier commerçant juif, a augmenté. Le plus important d'entre eux était le passage de la fondation roumaine d’Emanoil Gojdu. Les roumains vivant à Budapest ont fondé également leur église à coté de ce passage, dans la rue Holló. Le nombre des petites synagogues, chambres de prière, appartenant à des associations et à des personnes privées, s’est multiplié en proportion de l'accroissement de la population juive. Le nombre des boulangeries, des boucheries et des restaurants cashers s’est multiplié également.
Avec l’apparition des nouvelles institutions, immeubles résidentiels et des passages importants, s’est clos la période de formation de l’ensemble avec l’atmosphère spéciale et l'architecture de grande valeur, que nous connaissons – ou, au moins, avons connue jusqu’aujourd’hui – sous le nom de quartier juif.

Les commentaires sont fermés.