Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2008

Le match se poursuit autour du quartier juif

"La discussion s'aiguise autour du quartier juif entre le bureau de l'architecte en chef de Budapest et l'arrondissement. L'arrondissement a peur d'une intrusion dans ses affaires internes, la capitale quant à elle considère que la protection d'un territoire appartenant à une zone protégée du Patrimoine mondial est une affaire nationale. La confrontation, après un travail transitoire en commun, semble prendre la forme d'une guerre constituée de combats menés avec des moyens complexes. Au cours de la toute dernière passe d'armes l'architecte en chef de la capitale a subi une défaite de la part du VIIème arrondissement - pendant ce temps la destruction de bâtiments de valeur a pu se poursuivre.

Le gouvernement du VIIème arrondissement a déjà fait l'objet de nombreuses critiques concernant la réalisation de sa politique de destruction d'immeubles de valeur et de construction d'immeubles neufs ne convenant souvent pas à l'environnement. La destruction de l'ancien quartier juif n'est pas seulement accompagnée des protestations des associations, mais comme l'a établi le rapport de janvier du représentant de l'UNESCO, Michel Polge, à l'avenir il ne faut pas autoriser la démolition d'un seul immeuble.

Extrait d'un article de origo.hu (trad. JPF)

Folytatódik a meccs a zsidónegyed körül
(Wirth Zsuzsanna)

Élesedik a vita a zsidónegyed körül a fővárosi főépítész irodája és a hetedik kerület között. A kerület a belügyeibe avatkozástól fél, a főváros viszont országos ügynek tartja a világörökség védőzónájába tartozó terület védelmét. A szembenállás átmeneti közös munka után úgy tűnik, ismét bonyolult eszközökkel vívott háborúvá alakult. A legutolsó pengeváltás során a fővárosi főépítész vereséget szenvedett a hetedik kerülettől - közben az értékes épületek pusztulása folytatódhat.

A hetedik kerületi vezetés számos bírálatot kapott már az értékes épületek bontásában és új, sokszor a környezetbe nem illő házak felhúzásában megnyilvánuló fejlesztési politikája miatt. A régi pesti zsidónegyed pusztulását nemcsak civil tiltakozás kíséri évek óta, hanem már az UNESCO képviselője, Michel Polge januári jelentése is megállapította, hogy a továbbiakban egyetlen épületet sem szabad lebontani.

A pusztulás megakadályozását tűzte ki célul az a korábban alakult szakmai bizottság, amelyben a zsidónegyed kérdésében évek óta többé-kevésbé nyíltan szembenálló felek - egyfelől a hetedik kerület, másfelől a főváros, a Kulturális Örökségvédelmi Hivatal és a városvédő civilek - vettek részt. Másfél éves munka után úgy tűnt, hogy végül sikerült egy olyan tervet készíteniük, amelyet minden érintett elfogadhatónak tart. Ez az úgynevezett kerületi szabályozási tervből (kszt) és egy hozzá kapcsolódó rendelettervezetből állt, amely szigorú feltételeket szabott a zsidónegyedben levő épületek bontására, átalakítására, új házak építésére (erről bővebben itt olvashat). A terv konszenzusos volt, és még Michel Polge is elfogadhatónak találta - derül ki egy fővárosi beszámolóból, amely május végén került a fővárosi közgyűlés elé.

Váratlan akció

A hetedik kerület azonban tett egy váratlan lépést: kettébontotta a rendelettervezetet. Az első részbe a fővárosi főépítész, Beleznay Éva szerint a súlytalan intézkedéseket tették, és a másodikba kerültek azok a passzusok, amelyek a zsidónegyed pusztulását igazán hatékonyan megakadályoznák. (Ilyenek például a bontás előtt álló épületek kötelező karaktervizsgálata, a szintmagasságok előírása, illetve az udvarok minimális méretének megállapítása.) A rendelet kettébontásával az a gond, hogy csak az elsőt fogadnák el időben, a második esetében - tehát, amely a lényegi elemeket tartalmazza - bizonytalan a jóváhagyás.

A hetedik kerületi önkormányzat sajtófőnöke, Kádi Csaba korábban az [origo]-nak azt mondta: a második - szigorúbb - tervezetet "Pest belső részére lenne célszerű bevezetni". Ezt tehát csak akkor fogadná el az önkormányzat, ha más kerületek - V., VI., VIII. - is bevezetnék. Ennek megvalósulása viszont valószínűtlen, annyira eltér egymástól a kerületek építészeti karaktere.

A fővárosi főépítész, Beleznay Éva a másfél éves munka után kialakult, de a kettébontással szerinte eredményében gyenge rendeletet nem támogatta. Az egyeztetéseknek vége szakadt, a hetedik kerületi önkormányzat lezárulásuk nélkül függesztette ki a tervezeteket. Várhatóan ebben a formájában kerül majd a két rendelettervezet a fővárosi közgyűlés elé.

Leszavazták magukat

Mivel a zsidónegyed a világörökségi terület rávezető zónájába tartozik, a fővárosnak egyet kell értenie vele: enélkül a kerület nem zárhatja le a javaslatot. Jelenleg ez a főváros egyetlen esélye a beleszólásra, azonban ez sem feltétlenül jelent garanciát. A VII. kerületben ugyanis a korábbi, 2005-ös kerületi szabályozási terv úgy lépett hatályba annak idején, hogy a fővárosi közgyűlés nem értett vele egyet - derül ki a közgyűlés elé került beszámolóból.

A kerület és a főváros között meg-megújuló harc dúl a kérdésben: a zsidónegyed sorsa hatásköri vitákat gerjeszt. Erzsébetváros vezetése rendre azzal érvel, hogy a főváros beavatkozik a belügyeibe, míg a főváros szerint - ahogy Beleznay Éva fővárosi főépítész az [origo]-nak fogalmazott - a zsidónegyed sorsa nem egyszerűen helyi, hanem összvárosi, sőt országos ügy is.

A vita a tervezet meglepetésszerű kettébontása óta kiújult, a legutóbbi csatát azonban a kerületi vezetés nyerte meg. A május végi fővárosi közgyűlésen az előterjesztő, Ikvai-Szabó Imre főpolgármester-helyettes - Beleznay Éva főépítész javaslatára - több olyan javaslatot tett, amely erősítette volna a főváros pozícióját a kerülettel szemben, ezek azonban megbuktak.

A javaslatok alapján Budapest aktívabb szerepet játszhatott volna a zsidónegyeddel kapcsolatos döntésekben. Hunvald György, a hetedik kerület polgármestere azzal érvelt a testület előtt, hogy ha a javaslatokat megszavazzák, a főváros politikai gyámság alá helyezi Erzsébetvárost, és ezzel akár precedenst is teremthet más kerületekkel szemben. A közgyűlés ezután az összes javaslatot leszavazta. Még azt sem támogatták, hogy legyen lehetőség az értékes építmények megóvásában érdekelt ingatlanvállalkozók ösztönzésére - pedig a hasonló, az épületek rehabilitálását segítő kedvezményrendszerek több nyugati országban a műemlékvédelem alapvető eszközei.

Augusztusban eldől

A két rendelettervezet szövege és a kerületi szabályozási terv várhatóan az augusztus végi fővárosi közgyűlés elé kerül - mondta az [origo]-nak Kádi Csaba, a hetedik kerület sajtófőnöke. A kerület ezzel lezárta az egyeztetést, és már el is küldték a szöveget a fővároshoz, amely így az egyetértésről szavaz majd. "Nem fogom tudni javasolni az egyetértést" - mondta Beleznay Éva főépítész, aki szerint a kerületi javaslat több pontot jogszabálysértő is. Hozzátette: ettől még a fővárosi közgyűlés másként is szavazhat.

Az [origo] megkérdezte a hetedik kerületet, a felmerült kifogások hatására változtattak-e valamit a két rendelettervezet szövegén. A sajtófőnök azt válaszolta: "Az egyeztetési tárgyaláson voltak elfogadott észrevételek. A képviselő-testület fog dönteni a beérkezett, de a tervező által el nem fogadott javaslatokról."

Source origo.hu

26/07/2008

Destructions de monuments classés dans la rue Akácfa

C'est au nom d'un soi-disant débarras de gravats qu'on a endommagé des parties importantes de l'immeuble classé du 47-49 rue Akácfa, en attente de transformations. Selon toute vraisemblance ce sont les gens d'une entreprise de débarras mandatée par le propriétaire. Ils ont, par exemple, fait disparaître des barres d'appui en fonte du XIXème siècle, les gouttières en tôle, ils ont détaché tout le système de fermeture au -dessus de la cour.
photo de l'immeuble

Műemlékrombolás az Akácfa utcában
Úgymond lomtalanítás címén tették tönkre az átalakításra váró Akácfa utca 47-49. szám alatti műemlék házak néhány fontos részletét ismeretlenek. Nagy valószínűséggel a tulajdonos által megbízott "lomtalanító" cég emberei. Eltakarították például a XIX. századi öntöttvas korlátokat, a bádogcsatornákat, az udvar felől kiverték az összes nyílászárót.
La suite de l'article dans Népszabadság du 26 juillet 2008

Démolitions sans autorisation des immeubles classés

"Selon nos informations, on a commencé, sans permis de démolir, à extraire des rampes d'escalier, des fenêtres et on a même commencé à démolir la toiture tout récemment dans le VIIème arrondissement, aux 19 et 47 rue Akácfa, dans des bâtiments protégés par classement. Notre information a été confirmée par l'Office de protection du patrimoine culturel (KÖH). Le collaborateur de l'Office s'est rendu hier sur place et a obligé les personnes présentes à arrêter immédiatement les démolitions" a déclaré Katalin Róna, la chargée de communication de l'Office. Elle a révélé : dans un tel cas le maître d'ouvrage peut compter sur une sanction. A notre connaissance, les démolisseurs illégaux ont prétexté la vétusté.

Entre temps nous avons appris aussi qu'une dénonciation était arrivée à la police pour cette affaire. Les appartements maudits se situent derrière la Halle du marché. Le projet consiste à démolir les ailes intérieures des deux immeubles en forme de U, mais les maîtres d'ouvrage ne disposent encore ni de permis de démolir ni de permis de construire. La curiosité de cette affaire, c'est que les plans nécessaires à cette reconstruction ont été élaborés par Tamás Mezős qui est actuellement le président de l'Office de protection du patrimoine culturel (KÖH)."

Extrait d'un article de HVG.HU (trad. JPF)

"Engedély nélkül bontanak védelem alatt álló házakat

Lépcsőkorlátot, ablakokat szedtek ki, de még a tetőt is bontani kezdték a minap a VII. kerületi Akácfa utca 19- 47. számú, műemlékvédelem alatt álló házakban, bontási engedély nélkül – értesültünk. Információnkat a Kulturális Örökségvédelmi Hivatal is megerősítette. „A hivatal munkatársa tegnap a helyszínen járt és kötelezte az ott tartózkodókat a bontás azonnali leállítására” – mondta a hvg.hu-nak Róna Katalin, a hivatal sajtófőnöke. Elárulta: ilyen esetben az építtető számíthat büntetésre. Úgy tudjuk, az illegális bontók lomtalanításra hivatkoztak.

Megtudtuk azt is, hogy időközben a rendőrségre is érkezett egy feljelentés az ügyben. Az ominózus ingatlanok a Vásárcsarnok mögött találhatók. A két, U alakú ház belső szárnyait tervezik majd kibontani, de az építtetőknek még sem bontási, sem építési engedélyük nincs még. Az ügy érdekessége, hogy az átépítéshez szükséges terveket az a Mezős Tamás készítette, aki jelenleg a Kulturális Örökségvédelmi Hivatal elnöke."

Source HVG.HU

La grande "innovation" concernant la protection du patrimoine, de Tamás Mezős, le président de l'Office de protection du patrimoine culturel (KÖH) consiste à réinventer le façadisme. Cette méthode qui consiste à conserver les anciennes façades et à faire n'importe quoi derrière a été depuis longtemps réprouvée, dénoncée par tous les urbanistes, architectes, défenseurs du patrimoine sérieux. C'est un total non-sens. Technique compréhensible à Hollywood pour des décors de cinéma, elle n'a aucun sens du point de vue architectural. Le parfait mauvais exemple de cette technique de façadisme est la ville de Bruxelles qui a été défigurée par les "Mezős belges". "L'originalité" de l'idée de Mezős est de conserver, outre la façade d'un immeuble classé de deux étages par exemple, la première structure sur rue, en la surélevant dans bien des cas de trois niveaux supplémentaires et en construisant des immeubles de 7 à 8 niveaux dans la cour et en remplacement des ailes intérieures. D'où destruction en réalité du patrimoine, densification et gains spéculatifs sur des terrains de centre ville dont les prix commencent à flamber.

La question qu'on peut légitimement se poser est : à qui profitent ces gains spéculatifs ?

20/07/2008

L'UNESCO s'inquiète pour les immeubles de Budapest - Aggódik az UNESCO a budapesti épületek miatt

Un article paru sur Kossuth Rádió qui en dit long sur les personnalités qui ont en charge la protection du patrimoine culturel hongrois, leur mauvaise foi, leurs mensonges, et leur complicité. Et tout cela bénéficie du silence du ministre de la culture, du parti politique au pouvoir et de l'opposition. Y aurait-il collusion ? Intérêts croisés ? 

"Le Comité du Patrimoine de l'UNESCO s'inquiète notamment des affaires budapestoises. Il reproche les démolitions permanentes en cours des anciens immeubles de valeur dans les environs du site du Patrimoine mondial de l'avenue Andrássy. Ils s'inquiètent même de ce qu'on construise des immeubles de qualité discutable à la place des anciens.

Le président de l'Office de protection du patrimoine culturel hongrois (KÖH), Tamás Mezős a déclaré à notre radio: l'architecte en chef de l'Etat français, Michel Polge est venu à Budapest à l'automne dernier. Il a regardé le territoire du Patrimoine mondial en tant que missionné par l'UNESCO, en particulier l'état du centre d'Erzsébetváros, du quartier juif. Un rapport a été établi suite à cette visite, dans lequel, entre autres, figure qu'il faut édicter un moratoire sur les transformations sur le territoire. Ils se sont constamment mis d'accord là-dessus avec le maire du VIIème arrondissement a déclaré Tamás Mezős, qui rappelle: l'UNESCO sur la base du rapport de Polge a retiré la demande de moratoire de la résolution publiée, car il s'était réalisé entre temps. Sur le territoire du centre d'Erzsébetváros, il y a moratoire aussi actuellement.

A notre remarque concernant la rue Nagydiófa où même maintenant il y a des protestations, car le démarrage de la démolition d'un immeuble est prévu à court terme, Tamás Mezős a dit: le 8, rue Nagydiófa a été placé sur la liste des démolitions avant la création du moratoire.

Trad. JPF d'un extrait de l'article ci-dessous publié sur Kossuth Rádió

********************

"Aggódik az UNESCO Világörökség Bizottsága, mégpedig a budapesti ügyek miatt. Kifogásolja az értékes régi épületek folyamatban lévő bontását az Andrássy úti világörökségi helyszín környékén, különösen a zsidó-negyedként emlegetett belső Erzsébetvárosban. Ugyancsak aggódnak amiatt, hogy a régiek helyébe kérdéses minőségű kortárs épületeket építenek.

A Kulturális Örökségvédelmi Hivatal elnöke, Mezős Tamás rádiónknak elmondta: tavaly ősszel járt Budapesten a francia állami főépítés, Michel Polge. Az UNESCO küldötteként megnézte a világörökségi területet, illetve a belső Erzsébet város, a zsidó-negyed állapotát. Erről a látogatásról készült egy jelentés, amelyben a többi között az szerepel, hogy változtatási tilalmat kell elrendelni a területen. A VII. kerület polgármesterével folyamatosan egyeztettek erről – mondta Mezős Tamás, aki emlékeztetett: az UNESCO a Polge-jelentés alapján megfogalmazott határozatból kivette a moratóriumot, mint javaslatot, mert az időközben megvalósult. A belső erzsébetvárosi területen jelenleg is változtatási tilalom van.

Felvetésünkre, hogy a Nagydiófa utcában még most is tiltakoznak, mert az egyik épület bontása hamarosan megkezdődik, Mezős Tamás elmondta: a Nagydiófa utca 8. a változtatási tilalom életbe lépése előtt került a bontási listára.

Azt szoktam mondani, hogy abban az esetben, ha múzeumi tárgyként, műtárgyként értékeljük az épületeket, ezek előbb-utóbb elvesztik funkciójukat és önmaguktól fognak elpusztulni. A Nagydiófa 8. szám alatti épület egy többszörösen átépített földszintes épület. Ahogy azt a városrendező szakmában szokták nevezni: egy térbeli foghíj helyzet van, két oldalán magasabb épületekkel és városszerkezetileg ez megváltoztatandó, megváltoztatható.

A változtatási tilalom azt jelenti, hogy addig, amíg nincs konkrét intézkedés a belső Erzsébetváros 2526 épületéről, addig nem fog semmi sem történni – magyarázta Mezős Tamás. „Ez egy olyan pillanatnyi levegővételnyi szünet, amikor nem az események után rohanva próbáljuk meg eldönteni, hogy mit is tegyünk az egyes épületekkel, hanem előre intézkedünk és meghatározzuk azt, hogy a befektetők mit tehetnek akkor, ha elhatározzák, hogy azon a területen dolgoznának” – tette hozzá a Kulturális Örökségvédelmi Hivatal elnöke."

Source Kossuth Rádió du 16 juillet 2008

15/07/2008

Démolition dans la rue Nagydiófa

Les associations protestent contre la bulldozerisation du quartier juif

Bien que l'UNESCO appelle les autorités compétentes à pratiquer la réhabilitation au lieu de la démolition des immeubles, il semble que l'un d'entre eux qui se trouve dans le quartier juif dans la rue Nagydiófa ne pourra pas échapper aux bull-dozers. Du moins d'après l'architecte en chef du VIIème arrondissement. Les associations poursuivent cependant le combat, l'investisseur en effet, après la démolition de l'immeuble d'un étage construirait à sa place un bâtiment de sept étages, avec parking souterrain, qui selon les habitants du quartier est inacceptable de plusieurs points de vue. L'association Nagydiófa ne comprend pas non plus pourquoi la municipalité du VIIème n'a pas pris en compte au moment de l'élaboration du projet de règlement de réhabilitation, le diagnostic de valeur architecturale de l'Office de protection du patrimoine culturel (KÖH)." (Article à lire dans Magyar Hirlap Trad. JPF)

Bontanak a Nagydiófában
A civilek tovább tiltakoznak a zsidó negyedbeli dózerolás ellen  

Bár az UNESCO bontások helyett felújításokra szólítja fel az illetékeseket, úgy tűnik, egy a zsidó negyedben található, százötven éves épület mégsem kerülheti el a dózert a Nagydiófa utcában. Legalábbis a VII. kerületi főépítész szerint. A civilek azonban folytatják a küzdelmet, a beruházó az egyszintes ház lebontása után ugyanis egy hétemeleteset építene a helyére, mélygarázzsal, ami a helyiek szerint több szempontból is elfogadhatatlan. A Nagydiófa Egyesület azt sem érti, hogy az önkormányzat a készülő rehabilitációs szabályozási terv készítésekor miért nem vette figyelembe a Kulturális Örökségvédelmi Hivatal (KÖH) értékvizsgálatát.

La suite en hongrois dans Magyar Hirlap

13/07/2008

Le Comité du Patrimoine mondial de l'UNESCO s'inquiète pour le centre-ville de Budapest

Le Comité du Patrimoine mondial de l'UNESCO a exprimé son inquiètude quant aux démolitions et constructions en cours dans le quartier juif du centre-ville de Budapest, lors de sa réunion qui s'est terminée jeudi au Québec. Le comité a demandé un rapport sur l'état culturel de la région viticole historique de Tokaj, tandis qu'il a apporté aussi une décision sur l'élargissement du territoire du patrimoine mondial du karst d'Aggtelek - a communiqué le Comité du patrimoine à l'agence de presse MTI.

Selon le communiqué, durant sa session du 2 au 10 juillet, le Comité s'est intéressé de manière détaillée à l'état des sites figurant sur la liste du Patrimoine mondial, parmi eux le rapport sur l'état de deux sites hongrois - Budapest et la région viticole de Tokaj.

Même en considérant le rendu compte de la partie hongroise, le comité a exprimé son inquiétude "concernant la destruction de vieux immeubles de grande valeur architecturale et significatifs du point de vue de l'image de la ville, dans la zone de protection du site inscrit au Patrimoine mondial de l'avenue Andrássy, particulièrement dans la zone évoquée comme quartier juif d'Erzsébetváros-centre. La résolution du Comité a estimé même très inquiétant, le fait qu'à la place des vieilles maisons démolies on bâtisse des immeubles contemporains de qualité discutable, lesquels transforment de manière approfondie la valeur architecturale du quartier et la spécificité de l'image de la ville". 

Le Comité attend des pas concrets de la part de l'Etat hongrois dans l'intérêt de la sauvegarde de la zone de protection du site du patrimoine mondial de l'avenue Andrássy, c'est pourquoi il a demandé aux autorités hongroises, qu'elles réexaminent une par une les autorisations de démolitions déjà accordées, de manière à donner naissance à des accords avec leurs propriétaires pour la conservation du patrimoine bâti existant.

La résolution incite la partie hongroise, à ce qu'elle "prenne en considération, pour la zone de protection, l'élaboration d'un projet de développement protégeant d'une manière plus sévère les valeurs architecturales et d'image de la ville", dans le même temps "qu'elle élabore des instruments financiers (exonérations ou aides fiscales), qui de manière dynamique incitent les promoteurs, les investisseurs à ne pas démolir les bâtiments pour faire du neuf, mais à réhabiliter et à remettre en état".

Bien que selon le rapport du mois de mars de l'architecte français Michel Polge, on n'ait pas réussi à empêcher la démolition des derniers vestiges du mur du ghetto de Budapest, le Comité a demandé à la Hongrie, qu'elle fasse des efforts pour mettre à jour les éventuels restes du mur.

L'organisme international de protection du patrimoine attend de la part de la partie hongroise un rapport détaillé avant le 1er février 2009 sur la situation de l'urbanisation du quartier juif et des mesures prises de conservation en cours de validité. 

Extrait de l'article paru dans Népszabadság du 11 juillet 2008 (trad. JPF) 

********************************** 

Texte original d'un extrait de l'article en hongrois ci-dessous 

Bizottság aggódik a pesti belvárosért

Aggodalmát fejezte ki az UNESCO Világörökség Bizottsága (VÖB) a belső-erzsébetvárosi zsidónegyedben folyó bontások és építkezések miatt a kanadai Québecben tartott, csütörtökön véget ért ülésén. A bizottság jelentést kért a Tokaji történelmi borvidék kultúrtáj állapotáról, valamint döntést hozott az Aggteleki-karszt világörökségi területének bővítéséről is - közölte a Kulturális Örökségvédelmi Hivatal pénteken az MTI-vel.

A közlemény szerint a VÖB július 2. és 10. között tartott ülésszakán részletesen foglalkozott a Világörökség Listán szereplő helyszínek megőrzési állapotával, köztük két magyar helyszín - Budapest és a tokaji borvidék - állapotjelentésével.

A magyar beszámolót is figyelembe véve a bizottság aggodalmát fejezte ki "a nagy építészeti értékű és városképi jelentőségű régi épületek folyamatban lévő bontása miatt az Andrássy úti világörökségi helyszín védőzónájában, különösen a zsidónegyedként említett Belső-Erzsébetvárosban". A VÖB által meghozott határozat ugyancsak aggályosnak találta, hogy a lebontott régi házak helyébe "kérdéses minőségű kortárs épületeket építenek, melyek mélyrehatóan átalakítják a negyed építészeti értékét és városképi jelentőségét".

A bizottság konkrét lépéseket vár a magyar államtól az Andrássy úti világörökségi helyszín védőzónájában lévő terület megóvása érdekében, ezért felkérte a magyar hatóságokat, vizsgálják meg újra egyenként a már kiadott bontási engedélyeket, annak érdekében, hogy az engedélyek tulajdonosaival megegyezés születhessen a meglévő épített örökség megőrzésére.

A határozat arra ösztönzi a magyar felet, hogy "fontolja meg a védőzónára vonatkozó, az építészeti és városképi értékeket megőrző, szigorúbban érvényesíthető fejlesztési terv kialakítását", valamint "dolgozzon ki olyan pénzügyi eszközöket (adókedvezmény vagy támogatás), melyek dinamikus módon nem a bontásra és az új építkezésre, hanem a felújításra és a helyreállításra késztetik az építkezőket, a befektetőket".

Noha Michel Polge francia építész márciusi jelentése szerint a közelmúltban nem sikerült megakadályozni a budapesti gettófal utolsó maradványának elbontását, a VÖB felkérte Magyarországot, hogy tegyen erőfeszítéseket a fal esetleg fennmaradt részleteinek feltárására.

A nemzetközi örökségvédelmi szervezet a magyar féltől 2009. február 1-jéig részletes jelentést vár a zsidónegyed városrendezési helyzetéről és az érvényben lévő megőrzési lépésekről.

Népszabadság du 11 juillet 2008

06/07/2008

Quartier juif de Budapest - Les contributions des intervenants lors de la conférence du 5 juin 2008 à l'Institut hongrois de Paris

Conférence du 5 juin 2008 à l'Institut hongrois de Paris à l'initiative de l'O.N.G. Urbanistes sans frontières.
Les contributions des intervenants de cette conférence peuvent être téléchargés ici. 
Le rapport de Michel Polge, expert de l'UNESCO-ICOMOS qui s'est rendu à Budapest du 4 au 7 novembre 2007, peut être téléchargé ici ==> Rapport de Michel Polge sur le quartier juif de Budapest 
Le texte intégral de l'intervention d'Anna Perczel, architecte-urbaniste, représentant l'association ÓVÁS!, peut être téléchargé ici  => "L'ancien quartier juif de Budapest, le développement historique et la situation actuelle"
Le texte de l'intervention de Jean-Pierre Frommer, président de l'Association des Mardis hongrois de Paris peut être téléchargé ici ==> Halte à la destruction du quartier juif de Budapest

04/07/2008

Les Mardis hongrois de Paris à la conférence du 5 juin 2008 à l'Institut hongrois de Paris

Intervention de Jean-Pierre Frommer, président de l'association des Mardis hongrois de Paris, à la conférence organisée à l'Institut hongrois de Paris par l'O.N.G. Urbanistes sans frontières le 5 juin 2008

I - Remerciements
Je voudrais remercier Maggie Cazal qui a apporté son soutien à la bataille pour la sauvegarde d'un patrimoine culturel de grande valeur, la défense du quartier juif de Budapest. Non seulement elle a bien voulu signer la pétition adressée au Directeur du Patrimoine mondial de l'UNESCO, mais elle a décidé avec l'association USF d'organiser cette conférence pour sensibiliser les urbanistes et au-delà, les femmes et hommes de bonne volonté, sur les problèmes de sauvegarde du patrimoine de Budapest et plus généralement sur les problématiques de patrimoine et de renouvellement urbain.

Merci aussi à András Derdák, directeur de l'Institut hongrois d'avoir accepté d'héberger cette conférence dans un lieu symboliquement important puisque c'est en quelque sorte l'ambassade de la culture hongroise en France. Et ce sera peut-être aujourd'hui l'occasion de nouer des relations pour de futures expositions sur le thème de l'urbanisme et de l'architecture hongrois.

Merci à Anna Perczel, architecte-urbaniste, pour laquelle j'ai une grande admiration en raison du combat difficile, acharné, tenace qu'elle mène depuis plusieurs années pour la sauvegarde du quartier juif de Budapest.

Et merci enfin à M. Michel Polge, architecte-urbaniste en chef de l'Etat qui apportera, je suppose, son témoignage impartial sur ce qu'il a vu à Budapest en tant qu'expert missionné pour le compte de l'UNESCO par Budapest-capitale et le comité hongrois du Patrimoine mondial et qui je crois présentera les recommandations qu'il a faîtes aux autorités hongroises. J'ai lu son rapport publié en hongrois et pour ma part j'adhère complètement à ses conclusions. Malheureusement... Mais nous y reviendrons.

II - Présentation des Mardis hongrois de Paris
Je me présente, je suis le président de l'Association des Mardis hongrois de Paris.
J'ai constitué cette association avec quelques amis, il y a presque 5 ans. Sa vocation première est simple. C'est celle de se retrouver entre Hongrois, personnes d'origine hongroise ou hungarophiles dans un café tous les 15 jours pour bavarder. Parfois, nous organisons une présentation de livre, une discussion avec un artiste plasticien, de cinéma, etc. ayant un rapport avec la culture hongroise. Et parfois nous organisons ou nous soutenons des manifestations plus importantes, ici à l'Institut hongrois autour de la culture hongroise. La dernière en date était avec des psychanalystes pour l'acquisition d'un patrimoine, déjà, l'appartement de Sándor Ferenczi, ami de Sigmund Freud et pionnier de la psychanalyse.

Je suis personnellement, d'origine hongroise, né en France, très éloigné de toute idée nationaliste, mais je dois admettre un certain patriotisme culturel tant hongrois que français. Je suis assez fier de ces deux cultures qui constituent mon patrimoine. Je souhaiterais transmettre cette immense richesse aux générations futures. Mes parents m'ont fait l'immense cadeau de la langue hongroise et un peu de la culture hongroise. Voilà pourquoi, lorsque j'ai appris, puis constaté de mes propres yeux que l'un des quartiers de Budapest, chargé d'histoire, de culture, de richesses architecturales et urbanistiques, le vieux quartier juif de Budapest était livré aux démolisseurs, j'ai été attristé. J'ai été attristé et révolté parce que ce quartier faisait partie de l'environnement de ma famille dont l'essentiel habitait le quartier voisin le VIème arrondissement. En fait, j'ai appris la chose, par les échos que j'ai eus du difficile combat d'une association, l'association Ovás! dont Anna Perczel ici présente est l'une des fondatrices.

Le combat qu'elle mène c'est le combat de la civilisation contre la bêtise et la cupidité.

III - L'action des Mardis hongrois de Paris
Quelques mots pour expliquer l'action entreprise par l'Association des Mardis hongrois de Paris.
J'ai été sensibilisé par cette question il y a tout juste 4 ans en juin 2004 par un article paru dans Libération, et sur RFI en juillet et encore dans l'Express sous la plume de Florence La Bruyère. En voici un extrait :
"Au coeur d'Erzsébetvaros, un vieux quartier de Budapest, l'ancienne demeure d'un orfèvre était loin d'être insalubre, malgré une façade en mauvais état. Ses balcons aux ferronneries délicatement ouvragées en formes de losange, son escalier de pierre orné d'une rampe stylisée, et ses fenêtres en arcs de cercle aux huisseries d'époque témoignaient de l'âge d'or de l'Art nouveau magyar. Et, chose rare, la manufacture de l'orfèvre, attenante, était intacte. Pourtant, vendu par la municipalité à des promoteurs, l'ensemble va être rasé."
Mais en relisant ces articles et les divers épisodes des batailles qui ont été menées depuis 2004, on a le sentiment d'une guerre de tranchées sans fin dont les soldats décimés seraient les immeubles de valeur démolis et les habitants chassés.

J'ai cherché avec mes faibles moyens à aider l'association Ovás! Mais comment faire ? Après quelques démarches isolées et sans succès auprès de personnalités politiques, j'ai momentanément renoncé. Puis, un jour en janvier 2007, avec Suzanna Szabo, l'une des fondatrices des Mardis hongrois de Paris, nous avons décidé de tenter une pétition en direction du Directeur du Patrimoine mondial de l'UNESCO. Car, il faut le préciser le quartier juif de Budapest se situe dans la zone dite tampon de l'Avenue Andrássy inscrit au patrimoine mondial. Et cette pétition a rencontré une adhésion qui nous a surpris nous-mêmes, auprès des personnalités des arts et lettres d'origine hongroise vivant à Paris. Certaines personnes ont décidé de faire signer cette pétition elles-mêmes dans leurs réseaux professionnels : avocats, architectes, psychanalystes, psychiatres, écrivains, traducteurs, etc.

Forts de ces signatures, nous les avons envoyées à M. Francesco Bandarin Directeur du Centre du Patrimoine Mondial de l'UNESCO, qui, il faut le dire, jusque là n'avait pas répondu aux différentes alertes exprimées par l'association Ovás! M. Bandarin a demandé à la délégation hongroise de l'UNESCO de lui rendre des comptes sur la situation du patrimoine mondial de Budapest.

En mai 2007, M. András LAKATOS, ambassadeur de Hongrie auprès de l'UNESCO m'a reçu, m'a assuré de son soutien et devant moi a téléphoné au Comité hongrois du patrimoine mondial. Le Comité hongrois du patrimoine et Budapest-capitale étaient prêts à financer une mission d'expertise de l'UNESCO. C'est Michel Polge, qui a été missionné par ICOMOS-International à Budapest début novembre 2007.
Le rapport de cette mission a été publié en mars 2008, en langue hongroise sur le site de l'Office de protection du patrimoine culturel hongrois. Personnellement, je suis complètement d'accord avec ce rapport et ses recommandations. Je laisse le soin à M. Michel Polge d'en exprimer les grandes lignes. Les décideurs hongrois (maire du VIIème arrondissement et président de l'Office de protection du patrimoine) étaient d'accord aussi, mais ils se sont empressés de le contourner. Le Maire du VIIème a même eu l'affront de déclarer dans une conférence de presse que l'expertise n'avait rien inventé, que tout avait été déjà dit par lui.

Le seul problème est qu'à mon avis, les recommandations de M. Michel Polge n'ont pas été respectées. Les autorités compétentes ont fait mine de mettre en oeuvre les recommandations pour mieux s'asseoir dessus, voire s'en sont servi comme argument pour poursuivre les démolitions.

Pendant ce temps, au cours du premier trimestre 2008, nous avons poursuivi notre action par différents moyens.
Nous avons adressé une lettre ouverte au Président de la République et au Premier ministre hongrois ainsi qu'au maire de Budapest. Le Président s'est déclaré incompétent pour des raisons constitutionnelles, le Premier ministre a transmis au service compétent (l'Office de protection du patrimoine) qui ne nous a pas répondu. Seul le Maire de Budapest nous a fait une longue réponse dont la conclusion est étonnante. Aidez-nous à exercer une pression sur le Maire du VIIème arrondissement qui n'en fait qu'à sa tête, disait-il en substance.
Ces lettres ouvertes ont largement été relayées dans la presse écrite et radiodiffusée hongroises y compris nationale.
J'ai rédigé un article qui a été publié dans Le Monde du 24 janvier 2008 sous le titre « Halte à la destruction du quartier juif de Budapest », article qui informait sur la situation dramatique du quartier et qui a aussi suscité un écho indéniable dans la presse hongroise.
Enfin, une interview que j'ai accordée à Julia Cserba pour l'hebdomadaire culturel Elet és irodalom a reçu un écho international puisque j'en ai trouvé des extraits sur divers sites allemand, slovaque, polonais, brésilien et y compris dans le New-York Times.

Mais, mais, mais, ... le scandale international ne parvient pas à infléchir la bêtise et la cupidité ni à faire changer radicalement les choses, alors nous allons continuer.

Remerciements à Julia Cserba, Suzanna Szabo et aux avocats, psychanalystes, urbanistes-architectes, artistes plasticiens, écrivains, femmes et hommes de bonne volonté qui ont soutenu notre initiative.

IV - Présentation du livre d'Anna Perczel
Je voudrais dire un mot du très beau livre d'Anna Perczel « Védtelen örökség – Unprotected héritage » qu'on pourrait traduire par Patrimoine sans protection.

On trouve dans la première partie de ce livre une histoire très bien documentée de l'urbanisation du vieux quartier juif, dont la genèse remonte à une urbanisation spontanée dés le XVIIIè siècle, mais aussi à l'émancipation des juifs, dont la présence n'était pas tolérée en centre-ville et qui n'avaient le droit de pratiquer le commerce environ trois fois par an que sur des marchés extérieurs aux limites de Pest dont l'un se situait précisément sur une place qui jouxte l'actuel quartier juif. A noter aussi d'autre part l'essor de la bourgeoisie du XIXè siècle avec l'arrivée d'Autrichiens, Allemands, Moraves, « Grecs » entre guillemets qui englobaient en réalité des Serbes, Macédoniens, Roumains, Grecs et Arméniens. Toute cette population s'est installée progressivement autour d'un axe constitué par la rue Király pour construire le quartier juif qu'on a connu encore jusqu'à ces dernières années. Je schématise bien sûr. Lisez le livre, il explique tout ça beaucoup mieux que moi.
Anna Perczel nous montre la spécificité des immeubles du quartier avec de nombreux passages dans les immeubles qui permettaient de relier les rues. Des caves immenses qui se déploient sous les cours. Les bâtiments à usage mixte habitation, artisanat, commerce et petites industries qui permettraient aujourd'hui, s'ils n'étaient pas démolis de disposer de structures et d'espaces très intéressants à réutiliser.
La seconde partie est une description, rue par rue d'un choix d'une centaine d'immeubles (sur les 365 du quartier). Le critère de choix s'est porté sur les immeubles les plus exposés, ainsi que sur les spécificités du quartier et de sa population juive y ayant vécu ou y vivant encore. Chaque immeuble est présenté avec de belles photos et un long commentaire comprenant sa date de construction, l'architecte l'ayant conçu et ses spécificités architecturales.

C'est un livre d'une grande richesse documentaire et historique sur le plan architectural et urbanistique et un merveilleux guide pour se perdre dans les rues du quartier juif de Budapest.

Présentation du livre d'Anna Perczel à la Boutique des Ecrivains de Budapest
La présentation d'"Héritage sans protection", le livre d'Anna Perczel, le 28 mai 2008 à la Boutique des Ecrivains à Budapest. (Traduction d'un article de presse)

Le livre a été présenté par Imre Ikvai-Szabó, Géza Komoróczy et György Konrád
L'auteure a remercié ses collaborateurs, Gyöngyvér Török l'éditeur, Géza Komoróczy auteur de la préface, Endre Lábas le photographe du livre et Budapest-capitale pour l'aide apportée à la publication de ce livre. Elle a expliqué qu'il convenait de traiter et conserver le quartier juif dans son unité et dans sa totalité; la conservation du passé selon elle est la base de la construction du futur. Elle a parlé avec reconnaissance de l'association des Mardis hongrois qui, en France, soutient le combat pour la sauvegarde du quartier juif.

Imre Ikvai-Szabó, Maire-adjoint, qui selon son propre aveu est complètement de parti pris à la fois pour l'affaire [du quartier juif] et pour l'auteure, a parlé de l'absence de protection du quartier juif. A ce sujet, il a dit que le jour suivant la présentation du livre, il proposerait une motion devant le Conseil Municipal de Budapest, qui mettra en avant un pas radical : la promulgation par Budapest-capitale d'un moratoire sur les démolitions-constructions dans le quartier juif, jusqu'à la réalisation d'un nouveau règlement d'urbanisme. Il a particulièrement souligné le bilinguisme (hongrois et anglais) du livre, qui pourra ainsi porter l'information sur cette partie de ville dans le monde.

Géza Komoróczy (historien spécialiste en études juives) a parlé du quartier juif en précisant que ce territoire n'avait jamais revêtu un caractère de ghetto, ainsi la population juive pouvait exister, vivre ici comme partie organique de la population de la ville. Il a fait l'éloge du style global du livre, de sa précision, de sa documentation; il en a dit que c'était un exemple d'écriture micro-historique.

György Konrád (romancier, ancien directeur du Pen Club International) a vu dans le livre publié, la précision lyrique et le goût raffiné qui le traverse tout entier. Il était d'avis que ce volume pouvait être la porte ouverte à l'individualisation de l'histoire. Il a parlé aussi de son vécu rattaché au quartier: en 1945, après la libération de Pest, la recherche des membres de sa famille dans l'hôpital du ghetto de la rue Wesselényi, plusieurs années plus tard ses visites dans le quartier en tant qu'inspecteur pour la défense de l'enfance. Il a dit que sa prise de conscience progressive des beautés de cette partie de la ville, il la devait à Anna Perczel.

V - Remerciements à Giselle Estivie et Juliette Guilbaud de l'association des Mardis hongrois de Paris, pour avoir accepté de tenir le stand librairie où vous trouverez en sortant le livre d'Anna Perczel

03/07/2008

Quartier juif de Budapest : son histoire urbaine jusqu'à ce jour par Anna Perczel (10/10)

Que s'est-il passé depuis la visite de M. Michel Polge et la publication de son rapport ?


Après la mission d’expertise (entre les 4 et 7 novembre 2008), mais encore avant la publication officielle du rapport, le Maire du 7ème arrondissement de Budapest et le Président de l’Office de la Protection du Patrimoine Culturel ont donné une conférence de presse conjointe, où ils ont annoncé qu’ils allaient décréter une interdiction de changement pour la période entre le 1er février et le 31 mai 2008 pour le territoire classé de Elisabethville-centre, ceci afin de permettre que les résultats de l’enquête sur les valeurs patrimoniales puissent être incorporés dans le plan d’aménagement du quartier avant l’adoption officielle du projet de réglementation (le 5 mars 2008). A la même occasion, le Maire du 7ème arrondissement a déclaré que, du fait que ce quartier possédait des valeurs exceptionnelles, lui-même allait proposer sa protection en tant que « patrimoine mondial » au lieu d’être simplement classé comme « zone tampon du patrimoine ». Étant donné que les délais du moratoire expireront avant la fin du processus de mise-en-accord de l’enquête sur les valeurs patrimoniales et du plan d’aménagement, le Conseil municipal du 7ème arrondissement a prolongé le moratoire d’ encore un mois (depuis jusqu’au 31 septembre).

Plus tard, les représentants d'ÓVÁS ont rencontré M. Tamás Mezős, pour savoir, entre autres, ce qu'il a l'intention de faire, par exemple les négociations avec les investisseurs, dans les cas où des autorisations avaient déjà été données, recommandées par M. Polge avaient-elles débuté ? Toutefois, le président du KÖH ne souhaite pas engager de tels accords. Il considère que son seul devoir consiste à examiner les immeubles individuellement, ce qui est même achevé, mais personne n'en a reçu les résultats, ni la capitale, ni l'arrondissement, ni l'auteur du projet, ni ÓVÁS!
En connaissance du plan d’aménagement envoyé pour être mis en accord avec l’enquête et connaissant les évènements qui se déroulent dans le quartier sauvegardé – entre autre les ventes des immeubles – on doute que le changement d’attitude promis et tant espéré soit réalisé dans un futur proche.

Pourquoi dis-je cela? Pour les raisons suivantes : 
-    Les démolitions et les travaux de constructions se poursuivent – en l'absence de négociations – sans interruption selon les permis et consultations préalables
-    Les ventes des immeubles (propriétés de l’arrondissement) continuent même ces jours-ci, tout ca  malgré le moratoire et encore avec les anciennes conditions  
-    Selon le plan soumis à la consultation publique, les coefficients maximum d’occupation du sol sont toujours aux valeurs de 4.5-6, alors que la densité maximum du bâti est de 70-80%, avec une surface verte minimum de 10-15%.
Le plan a l’intention de réglementer le volume du bâti  par la limitation de la hauteur de corniche, la définition des hauteurs des étages et de la proportion des cours. Cela signifiera qu’au-dessus du sol on pourra bâtir moins et en moindre hauteur, mais on donnera la main libre aux constructions sous le sol.

L’enquête sur les valeurs patrimoniales et les recommandations relatives étaient achevées le 22 février 2008. Cependant, le Président de l’Office de la Protection du Patrimoine Culturel n’était pas satisfait des résultats de l’enquête, en sorte qu’il les a fait rédiger à nouveau, afin de relâcher une partie des restrictions proposées pour assurer la préservation du patrimoine. Cependant, le plan soumis à la consultation publique a complètement ignoré les recommandations originales, et aussi celles altérées par le Président.

En un appendice spécial, le plan réglemente les possibilités de démolition des bâtiments qui ne sont pas spécialement protégés. La démolition dépendra d’une enquête détaillée sur les valeurs architecturales ; cependant, cette enquête se limiterait à la façade et à l’aile près de la rue et ne s’étendrait pas aux ailes ou aux cours et jardins intérieurs. Qui plus est, cette réglementation ne s’étendrait pas au territoire entier d’Elisabethville-centre, mais seulement à la partie déjà sous protection, jusqu’à la place Klauzál. Le plan n’interdit pas la démolition ultérieure des bâtiments construits avant 1945, prévoit même des démolitions concrètes, surtout des ailes intérieures des bâtiments.
A plusieurs endroits des accords préalables ont vu le jour avec les autorités compétentes en matière d'autorisation. Selon le plan d'aménagement et les accords préalables du côté VIIème arrondissement, on peut s'attendre à la démolition des ailes intérieures d'au moins 14 bâtiments, parmi lesquels il y a même 4 monuments historiques. Cela signifie que pour ces bâtiments il ne restera que la façade et la première structure. A côté de cela le plan d'aménagement prévoit toujours la démolition complète de 3 bâtiments. Les travaux de construction peuvent démarrer à plus de 50 endroits à côté des immeubles neufs construits jusqu'à maintenant depuis 2002, partiellement à l'emplacement des immeubles dont la démolition est prévue et pour l'autre partie sur les terrains déjà vides. (Depuis 2002, du côté VIIème arrondissement du quartier on a démoli 15 bâtiments, du côté VIème arrondissement on en a démoli 5. Certaines n'ont conservé que leur façade et la première structure sur rue.

Dans les cas où la permission préalable a déjà été donnée ou un accord a été signé avec l’investisseur, des ailes internes de 7 ou 8 étages pourront être construites à la place des ailes de 2-3 étages déjà démolies ou destinées à la démolition ; la densité du bâti pour ces nouvelles constructions est 70-80%, le coefficient d'occupation du sol est 4,5-6, indépendamment de la nouvelle réglementation (c’est précisément une telle construction qui est en train d’être effectuée dans la proximité de la synagogue de la rue Dohány).
Les constructions impliquent celles des parkings souterrains, ce qui induit la destruction de plusieurs jardins de grande valeur, et met en péril, ou cause l’abattage de beaucoup d’arbres précieux. Dans le nouveau projet on ne parle pas de la protection des arbres et des jardins ; à des propositions selon lesquelles une telle protection devrait être incluse, la réponse est invariablement que cette question devra être traitée séparément du projet.

A plusieurs endroits, le plan prévoit l’unification de deux ou même quatre parcelles à construire.
Dans le cas des îlots de grandes dimensions, où il serait aisé de former, à l’intérieur de l’îlot, des grandes surfaces vertes ou parcs publics, le plan n’utilise que très rarement cette possibilité unique et exceptionnelle, la cour à usage sportif d'une école et aussi le jardin d'une crèche ont été bâtis à 70 %, et il ne reste plus qu'un tiers du terrain de jeux de la rue Király, créé il y a peu de temps.

Les prescriptions du plan ne contiennent pas des recommandations pour la qualité architecturale en cas de nouvelles constructions, par exemple l’obligation de procéder à un concours architectural.

Après avoir mentionné ces problèmes, il faut y ajouter le problème le plus important, à savoir que le 7ème arrondissement a rangé les dispositions du plan selon deux phases. Ainsi, les dispositions limitant le volume des bâtiments ne seraient pas acceptées pendant la première phase qui, après la consultation publique prescrite, serait bientôt validée, mais seulement pendant la deuxième. Cela signifie que, si le plan d’aménagement est accepté, presque rien ne changerait quant à la nature et au rythme de la transformation du quartier. Le prétexte pour délayer l’entrée en vigueur des dispositions de la deuxième phase est qu’il faut attendre que tous les arrondissements voisins acceptent les mêmes réglementations. Cependant, cela signifie que tout serait remis indéfiniment. C’est le point saillant que même le Conseil municipal de la capitale et l’Office de la Protection du Patrimoine Culturel, qui, par ailleurs, étaient pratiquement satisfaits avec le plan, ne pouvaient pas accepter, en disant qu’ainsi le projet, à l'étude depuis deux ans, perdra tout son sens.
             
En raison de ces évènements, le 29 mai 2008, Imre Ikvai-Szabó, adjoint au maire de Budapest, a soumis une proposition de déclarer, cette fois-ci au niveau du conseil municipal de la capitale, un moratoire des constructions pour tout le territoire du quartier juif, étant donné que rien n’indique une volonté, de la part de l’arrondissement, de prendre en considération les opinions de la capitale et celui de l’expert de l’UNESCO. Cependant, du point de vue légal, la capitale a très peu de marge pour agir. L’un des possibles moyens à sa disposition serait l’interdiction de changement, déclarée au niveau de la capitale. Un tel moratoire pourrait être déclaré dû au fait que les changements récents dans l’évaluation des valeurs patrimoniales des bâtiments du quartier juif ne sont pas encore introduits dans le plan d’aménagement général de la capitale. Étant donné que le plan d’aménagement de l’arrondissement doit être compatible avec celui de la capitale, il est parfaitement possible de déclarer une interdiction de changement jusqu’à ce que le plan de la capitale soit modifié. Selon l’article 21 de la loi sur le bâtiment, un tel moratoire peut être déclaré pour la durée d’au moins trois ans. Pendant ce temps on peut élaborer les stimulants économiques facilitant la réhabilitation et créer une société de projet de réhabilitation, ce que l'expert de l'UNESCO, M. Polge recommandait aussi après sa visite de l'automne dernier. C'est ce qui figurait dans sa présentation.

Cette recommandation sous forme d'une motion présentée par Imre Ikvai-Szabó a été rejetée par les élus de la capitale qui se sont ralliés majoritairement ou par l'abstention aux arguments de György Hunvald, maire du VIIème arrondissement qui s'y opposait.. 
Pour estimer les perspectives futures du quartier, ce vote mérite une brève analyse. A l’exception du parti libéral (des Libres démocrates) les députés ont voté selon la discipline de parti. Le parti gouvernant, les Socialistes, ont unanimement voté contre la proposition de M. Ikvai-Szabó ; l’opposition conservatrice, les Jeunes démocrates, se sont abstenus du vote ; les Libres démocrates ont voté individuellement, selon leur conscience. Le résultat de ce vote montre clairement qu’à présent il n’existe pas de force politique majeure en Hongrie qui serait prête à embrasser la cause du quartier juif. Seule une intensification de la pression internationale sur la Hongrie pourrait opérer le changement tant attendu.  
Budapest, le 5 juin 2008

Anna Perczel
                                                                                           
Architecte – urbaniste
(texte traduit par István Perczel) 

Ce texte est une partie d’une conférence, dont le titre est „L’ancien quartier juif de Budapest, le développement historique et la situation actuelle”, qui fut donnée par Anna Perczel, architecte-urbaniste, membre fondateur de l’Association ÓVÁS!, à l’occasion de la conférence du 5 juin 2008, à Paris, organisée par l'O.N.G. Urbanistes Sans Frontieres (USF). Les autres conférenciers de la soirée dans l'ordre d'intervention étaient Jean-Pierre Frommer, le Président de l'association des Mardis hongrois de Paris, Michel Polge, architecte-urbaniste en chef de l’Etat, chargé de mission de l’UNESCO–ICOMOS et Maggie Cazal architecte, la Présidente d'Urbanistes Sans Frontières. La conférence a eu lieu à l’Institut hongrois de Paris.
Le texte intégral de l'intervention d'Anna Perczel peut être téléchargé ici  => "L'ancien quartier juif de Budapest, le développement historique et la situation actuelle"

02/07/2008

Quartier juif de Budapest : son histoire urbaine jusqu'à ce jour par Anna Perczel (9/10)

Les temps récents (2004–2007)

En 2004 s’est formée l’Association ÓVÁS!, une organisation de citoyens vouée à protéger l’ancien quartier juif de Pest menacé de destruction. Parmi ses membres et supporters se trouvent des architectes, des urbanistes, des sociologues, des économistes, des historiens, des cinéastes, des photographes, des écrivains, des journalistes, des étudiants et des représentants de bien d’autres professions.

La première action de cette initiative de citoyens était, en juin 2004, une pétition distribuée par l’internet, protestant contre la démolition des bâtiments de valeur historique de l’ancien quartier juif. En peu de temps, plus de deux mille personnes se sont jointes à la pétition, en signant une lettre ouverte adressée au Président de l’Office de la Protection du Patrimoine Culturel et demandant la protection provisoire, à titre de monument historique, des rues et des bâtiments du territoire menacé, en vue d’une future déclaration de protection définitive. Parallèlement, cette organisation non-gouvernementale a utilisé tout moyen et occasion légitimes pour attirer l'attention de l’opinion publique sur les conditions inacceptables régnant dans le quartier. Des manifestations, des conférences de presse, des expositions, des films, des colloques et des promenades commentées de quartier étaient organisés, plusieurs imprimés étaient publiés. Les promenades de quartier organisées par l’Association ont eu beaucoup de succès. Au cours de ces tours beaucoup ont pris connaissance des rues, des maisons qui nous rappellent les périodes les plus heureuses et les plus tristes de cette communauté.

Les colloques, les publications et les actions de l’Association ont attiré non seulement l’attention nationale, mais aussi celle du public international. Les efforts d'ÓVÁS! sont soutenus par des sympathisants à Prague, Cracovie, Berlin, Barcelone et surtout à Paris.
En 2004, peu après l’intervention de l’Association ÓVÁS!, le président de l’Office de la Protection du Patrimoine Culturel a décrété une protection provisoire du territoire ; puis, à partir de 2005, le Ministre de la Culture a enjoint une protection définitive à titre de « zone d’importance patrimoniale » au quartier juif, connu comme « zone tampon » du territoire du patrimoine mondial de l’avenue Andrássy. Qui plus est, durant l’an 2005, 51 bâtiments ont été déclarés monuments historiques, entre autres huit maisons d’habitation qui, faute de cette protection individuelle, auraient été démolies. Sous l’influence des protestations, le Conseil Municipal du quartier a renoncé à la création de nouvelles arcades dans la rue Dob, et a épargné de la démolition la maison de passage menant à la synagogue de la rue Rumbach Sebestyén.
En l’an 2005, l’Association ÓVÁS!, reconnaissant le fait que ni la protection territoriale du quartier, ni les protections individuelles des maisons n’avaient été capables d’arrêter la démolition du quartier, qui allait en s’accélérant, a adressé une lettre, au Directeur du Patrimoine Mondial de l’ UNESCO, pour l’informer sur le danger imminent de la situation; l’Association a également demandé l’envoi d’une mission d’expertise pour ouvrir une enquête sur les événements qui se déroulent dans le quartier. Dans sa réponse, le Directeur du Patrimoine Mondial a spécifié que l’UNESCO n’avait reçu préalablement aucune information et que c’était le devoir de l’État hongrois d’assurer la protection du quartier. Cependant, étant donné qu’aucun changement positif ne pouvait être observé par la suite, en 2006 l’Association ÓVÁS! a informé l’UNESCO une deuxième fois sur la situation, cette fois-ci en employant des plans du quartier et des photos pour démontrer le caractère et l’envergure des changements.

Par suite de l’intervention d'ÓVÁS! une nouvelle enquête intense a commencé sur les valeurs patrimoniales du quartier. En résultat de celle-là de nouveaux bâtiments ont reçu la protection due au patrimoine, parmi lesquels quelques maisons destinées à la démolition. Au début de l’an 2007, pendant plusieurs mois, ÓVÁS! menait une lutte acharnée pour sauver la maison 40 rue Király, construite en 1844. En cet effort ÓVÁS! était soutenue par plusieurs organisations civiles, ainsi que par le Maire de Budapest qui, selon les règles en vigueur, n’a pas le droit d'intervenir directement. Finalement, cette démolition illégale était arrêtée par les autorités.

Au delà de la protection du quartier et de ses bâtiments, l’Association vise également la rénovation et la revitalisation du quartier sur la base d’une conception qui tiendra en considération les caractéristiques urbaines et culturelles du quartier, formées durant deux siècles, ainsi que les traits de la texture urbaine et des rues, n’oubliant pas non plus les habitants du quartier. Ces buts pourraient être accomplis en incluant dans les travaux une entreprise de gestion des réhabilitations. Pour pouvoir arriver à ces buts, depuis 2004, l’Association a continuellement demandé aux Conseils Municipaux de la capitale et du 7ème arrondissement, ainsi qu'à l’Office de la Protection du Patrimoine Culturel, d'arrêter complètement les démolitions, de geler l’émission des permis, de déclarer une interdiction de changement, d'élaborer une nouvelle réglementation fondée sur un programme de réhabilitation pour la protection des valeurs et, enfin, de créer une agence de programmes et une organisation de gestion de réhabilitation.

Malgré tous ces efforts, les nouveaux plans commandés par le 7ème arrondissement élaborés en 2005 et 2006 pour les quatre îlots entre la rue Király et la rue Dob, ainsi que pour les environs de la place Klauzál, ont été faits selon l’ancienne attitude et avec les anciennes règlementations.

Dans la proximité immédiate de la synagogue de la rue Dohány, qui est – rappelons-le – un monument historique, l’Office de la Protection du Patrimoine Culturel a donné la permission de la construction d’un ensemble de bâtiments en volume oppressant, type HLM. Cette construction sera bien visible de la cour de la synagogue, où sont situés les monuments des victimes de la Shoah et de la mémoire.

Malgré l’attention internationale qui s’est tournée vers ce qui se passe dans ce quartier, et malgré la protection nationale et internationale, due à la « zone d’importance patrimoniale », d’une part, et à la « zone tampon du patrimoine mondial », d’autre part, malgré le fait bien connu qu’en Europe chaque quartier juif historique a été réhabilité dans les dernières décennies, l’évacuation des habitants, la démolition des maisons et la construction des immeubles massifs de type HLM se poursuivent sans rencontrer d’obstacle majeur.
En raison de l’insensibilité des autorités hongroises et du pouvoir des intérêts financiers en jeu, on est arrivé au point où cet ensemble architectural et historique exceptionnel, le domicile, dans les deux derniers siècles et même aujourd’hui, d’une des plus grandes communautés juives en Europe, ce quartier où, en 1944, malgré toute l’horreur du nazisme, malgré la transformation de l’ensemble en ghetto, les maisons et les rues et avec celles-ci une histoire de deux siècles étaient toujours préservées, ce quartier donc risque de disparaître en quelques années.

Jusqu'à ce jour l’Association ÓVÁS! n’a pas pu obtenir qu’un programme de réhabilitation soit élaboré et qu’une organisation de gestion de réhabilitation soit établie ; cependant, par pression du Conseil municipal de Budapest, le Conseil municipal du 7ème arrondissement a commandé un plan d’aménagement unifié pour le quartier. (Selon les lois en cours, la compétence de faire faire leur propre plan d’aménagement relève des arrondissements.)

Entre temps, une coopération intense s’est mise en place entre ÓVÁS! et l'association des Mardis hongrois de Paris. Quand ÓVÁS! a écrit une nouvelle lettre à l’ UNESCO en 2007, les Mardis hongrois de Paris, présidé par M. Jean-Pierre Frommer, s’est joint en envoyant aussi une lettre et en y ajoutant une pétition. La pétition que Mardis hongrois de Paris a lancée, adressée à l'organisation internationale pour la défense du quartier juif, a été signée par plus de 380 membres importants de la vie publique, scientifique et artistique française.

Par suite de cette action conjointe, une mission d’expertise de l’UNESCO et de l’ICOMOS s’est rendue à Budapest, du 5 au 7 novembre 2007. L’expert envoyé par l’ UNESCO était M. Michel Polge, Architecte Urbaniste en chef de l’Etat. M. Polge va vous faire connaître les résultats de cette mission, en vous racontant ses impressions, ainsi que le contenu de son rapport et ses recommandations soumis à l’UNESCO.