Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2009

Exhibition : An alternative perspective on the Jewish Quarter of Budapest

ÓVÁS!ÓVÁS!ÓVÁS!ÓVÁS!ÓVÁS!ÓVÁS!ÓVÁS!ÓVÁS!ÓVÁS!
 
 
Tisztelettel meghívjuk
az ÓVÁS! Egyesület kiállítására,
mely 2009. április 28-án, kedd délután 6 órakor nyílik a
Centrális Galériában.
 
We have the honor of inviting you to an exhibition by
the society ÓVÁS! (PROTEST!),
to be opened at 6:00 p.m. on Tuesday, April 28, 2009
at Centrális Galéria
 
ALTERNATÍV GONDOLATOK A ZSIDÓNEGYEDRŐL
 
AN ALTERNATIVE PERSPECTIVE ON THE JEWISH QUARTER
 
A kiállítást megnyitja: Konrád György
The exhibition will be opened by György Konrád

Fejer07100320_3.jpg
6_2.jpgFejer07100325_1.jpg
A kiállítás rendezője / The exhibition was designed by N&n

Aki ma végigsétál az UNESCO által 2002 óta védett régi pesti zsidónegyed utcáin, akár azt is hiheti, hogy most ért véget a második világháború. A negyed egyes részein üres telkek, lakóktól kiürített, üzleti élettől megfosztott, pusztuló műemlék lakóházak, csak homlokzatukat és első traktusukat őrző házroncsok látványa fogad. A lakótelepet idéző új házakban sincs élet: az új épületek, átjáróházak kísértetiesek, az üzletek helyén többnyire mélygarázslehajtó tátong. Úgy tűnik, Pest egykor legélénkebb és legizgalmasabb kereskedőnegyedét lakók és üzletek nélküli fantomváros váltja fel. A városképet meghatározó zsinagógák mellett a védett városnegyedben csak azok a részek élnek, azok tartották meg történelmi kisugárzásukat, jellegzetes hangulatukat, ahol komolyabb változások, bontások és építkezések még nem történtek. Itt nyílnak egyre-másra a fiatalok és külföldiek által kedvelt alternatív kávéházak, üzletek, kulturális helyek is.
Az átalakulás jellege – nyilvánvaló kudarc. A városrész életét és látványát a befektetői fejlesztések nem felértékelték, hanem egyértelműen tönkretették, hatásukra a kivételes hely értéke jelentősen csökkent. A káros folyamat minden nemzetközi és hazai tiltakozás ellenére sem állt le, töretlenül folytatódik. Ebben a kritikus helyzetben újabb kísérletet teszünk a jelenlegi szemlélet és gyakorlat megváltoztatására: a nemzetközi és országos védettségnek és az UNESCO elvárásainak megfelelő új tervek kialakítására. Alternatív tervünk bemutatásával gondolkodási és cselekvési folyamatot szeretnénk elindítani, azért, hogy a jelenleg érvényes szabályozási terveket mielőbb felfüggesszék és meginduljon a valódi rehabilitáció megvalósítása. Nem gondoljuk, hogy a mi tervünk az egyetlen lehetséges megoldás, de hiszünk abban, hogy egy újfajta, ehhez hasonló gondolkodásnak és szemléletnek kell érvényesülnie. Ez hozhat valódi, hosszú távú felértékelődést, társadalmi, kulturális, idegenforgalmi és gazdasági hasznot egyaránt. A politikai szándékon és akaraton múlik, hogy ami a vélt gazdasági érdekek és a kialakult érdekszövetségek miatt lehetetlennek tűnik, mégis megtörténjék.
Lehet kevesebbet, kisebbet, de értékesebbet építeni, lehet történelmi épületek rendbe hozásával, jobb lakókörülmények megteremtésével, a hagyományok és az emlékezés helyszíneinek védelmével, a közlekedés környezeti terheinek erőteljes csökkentésével, kertek, parkok kialakításával, a kulturális és vallási élet segítésével hosszú távon jól működő, élettel teli, vonzó városrészt kialakítani, ahogy sikerült - és komoly felértékelődéshez vezetett - Európa összes városában, nyugaton és keleten, Párizsban, Berlinben, Prágában, Krakkóban, Varsóban egyaránt. Miért ne lehetne itt is?
**************************************
Anyone who is walking on the streets of the old Jewish quarter of Pest, a World Heritage site under UNESCO protection since 2002, may get the impression that the war has just ended. They see vacant plots, deserted apartment buildings, abandoned business venues, decaying architectural monuments, the facades and frontal sections of partially demolished buildings, recently built apartment blocks resembling housing estates, ghost houses and passages, and the yawning entrances of underground garages. Apparently, a phantom town without residents or vendors is emerging in the place of one of the liveliest and most exciting former merchant districts of Pest. Beside the synagogues, which are the distinctive landmarks of the urban landscape, the only parts of the protected quarter that have managed to retain their lively character and historic ambience are those where major alterations, demolitions and constructions have not yet taken place. The alternative cafés, shops and cultural venues frequented mostly by young people and foreign tourists can all be found here. All the evidence seems to suggest that the nature of the transformation has been an unqualified failure. Instead of improving the quality of life and the visual impact of the district, the development investors have clearly ruined them. Despite international and local protest, the damage continues unabated.
Under these critical circumstances we have decided to launch yet another effort to revise the existing conceptual framework and the present practices and to produce new plans that are in line with the area’s status of an international and national heritage site, and that correspond with UNESCO’s expectations. By presenting our alternative plans we would like to ferment new ideas and to generate a new movement leading to the immediate suspension of the existing planning regulations and the start of a genuine rehabilitation. Without supposing that ours is the only possible way to rescue the area, we do believe that a new conceptual approach is essential. Only this could give the area a long-term social, cultural, touristic and economic boost and benefits.
Although at present the prospects seem very dim because of the prevailing commercial interests and economic alliances, achieving a breakthrough in this dire situation is only a matter of the finding right political motives and determination. It is possible to plan less ambitiously, to build on a smaller scale, and yet to create an architecturally more valuable environment. It is possible to construct an attractive, vibrant and functional urban milieu by restoring historical buildings, creating better living conditions, protecting the traditions and the sites of remembrance, reducing the traffic load, developing green areas and parks, and encouraging religious and cultural life. All these have been achieved elsewhere, in places like Paris and Berlin, Prague, Crackow and Warsaw, leading to a great property boom everywhere. Why should it be different here?
A kiállítás megtekinthető 2009. április 28-tól május 12-ig minden nap 10 és 18 óra között. Hétfőn zárva.
The exhibition will be open to the public every day from April 28 through May 12, 2009,  between 10:00 A.M. and 6:00 P.M. Monday closed.
OSA-logo-orgneg-kicsi_16.jpg
Centrális Galéria
Budapest V. kerület, Arany János utca 32.
 
+36 1 327 32 50
fax +36 1 327 32 60
archives@ceu.hu
abrahamn@ceu.hu

20/04/2009

Nouvelle pétition pour sauver Budapest

 http://www.petitiononline.com/budapest/petition.html...

Envoyez cette pétition à vos amis et connaissances dans tous les pays! Cette pétition en défense de Budapest vise à l'arrêt des destructions - elle n'a été conçue que pour les personnes hors de Hongrie, pour les étrangers qui vivent en Hongrie, qui y travaillent, ou ceux qui simplement aiment cette ville. Leurs voix, leurs avis comptent aussi! Nous aussi nous comptons sur eux, peut-être qu'ensemble il sera plus facile d'arrêter cette destruction insensée...

Elle a été rédigée en quatre langues : anglais - français - allemand - espagnol. Faites-la suivre!

Il serait bon de la placer sur des pages à large et rapide diffusion, des forums, des moteurs de recherche!

 http://www.petitiononline.com/budapest/petition.html...

Küldjétek el külföldi ismerőseiteknek! Petíció Budapestért a városrombolás megállítására - ez csak külföldieknek készült, akik itt élnek, dolgoznak, vagy csak szeretik ezt a várost. Az ő szavuk/véleményük is számít! Mi is számítunk rájuk, talán együtt könnyebb lesz megállítani ezt az esztelen pusztítást...
Négy nyelven készült: angol - francia - német - spanyol. Küld tovább!
Jó lenne gyorsan forgó oldalakra/fórumokra/keresőkre is eljuttatni!

 http://www.petitiononline.com/budapest/petition.html...

14/04/2009

Diagnostic des valeurs patrimoniales d'Erzsébetváros : HVG.HU a gagné un procès

Pourquoi le président de l'Office de protection du patrimoine culturel cache-t-il des documents d'intérêt général ? Un diagnostic des valeurs patrimoniales du Quartier juif de Budapest avait été réalisé en février 2008 après la visite de l'expert de l'ICOMOS-UNESCO en novembre 2007.
Malgré plusieurs demandes formulées par l'association Óvás! (association de défense du quartier juif) le président du KÖH a toujours refusé de donner connaissance du résultat de ce diagnostic. Pourquoi ? Pourquoi ?

Rappelons qu'il y a quelques semaines le maire du VIIème arrondissement a été mis en détention préventive sous présomption de corruption et d'abus de biens sociaux. Sa politique immobilière et foncière plus que douteuse, menée sous le regard bienveillant du soi-disant "Office de protection du patrimoine" (KÖH) a permis la destruction depuis des années d'une partie non négligeable des immeubles d'un des quartiers les plus remarquables sur le plan architectural, urbanistique et culturel de Budapest.
L'article ci-dessous paru dans hvg.hu décrit l'un des derniers épisodes du combat incessant que doivent mener les associations et la presse pour tenter de sauver ce qui peut encore l'être...

"Le journaliste de hvg.hu a gagné en première instance, son procès contre l'Office de protection du patrimoine culturel (KÖH), à qui il demandait la communication de l'étude de diagnostic des valeurs patrimoniales d'Erzsébetváros-centre (Quartier juif de Budapest)

L'année dernière en décembre, hvg.hu a demandé à l'Office d'envoyer le diagnostic des valeurs patrimoniales du quartier juif de Budapest achevé le 21 février 2008. Le travail avait été réalisé par une équipe de 12 chercheurs de l'Institut Scientifique des Monuments historiques de l'Office (KÖH) dans Erzsébetváros-centre. Le diagnostic des valeurs patrimoniales a servi de base de coopération à Budapest-capitale et à la municiplalité du VIIème arrondissement pour l'élaboration du projet de règlement de réhabilitation d'Erzsébetváros-centre approuvé le 19 septembre dernier par les élus du VIIème arrondissement.

La Société pour les Droits de la Liberté (TASZ) a accepté d'assurer la défense de notre journaliste dans le procès. L'avocat Levente Baltay, s'appuyant sur la loi de protection des données personnelles et de publication des données d'intérêt général a demandé au tribunal d'obliger l'Office à publier les données d'intérêt général. L'élaboration du diagnostic patrimonial faisant partie des activités relevant de la sphère de compétence de l'Office, ainsi les données demandées peuvent être qualifiées d'intérêt général, a considéré Baltay.

Face à cela, le conseiller juridique du KÖH a argumenté - de la même façon que l'attaché de presse l'avait fait précédemment en réponse à la demande de hvg.hu -, qu'il s'agit d'une documentation interne, qui pourra aider les arbitrages futurs de l'Office, "en plus c'est du matériel scientifique". L'avocat de TASZ s'est aussi référé à un procès précédent contre le Ministère de la Santé ou l'organisme de défense des droits avait gagné le procès. Le procès portait alors sur le secret gardé à propos de l'examen des matériaux professionnels d'arrière-plan sur les effets de drogues , dont le ministère niait l'utilité de les publier comme données d'intérêt général. A titre d'exemple il a également évoqué l'affaire relative à la demande d'autorisation de déresponsabilisation de la centrale nucléaire PAKSI.

Dans l'affaire, en première instance, le Tribunal de Budapest n'a pas accepté les arguments de l'Office et a demandé au KÖH que dans un délai de quinze jours à compter de la notification du jugement, il remette à notre journal le diagnostic patrimonial demandé. Nous avons aussi pris contact avec le KÖH pour savoir s'ils feraient appel du jugement, ou si dans le délai de 15 jours après notification, ils nous feraient parvenir le matériau en question, mais jusqu'à présent nous n'avons pas reçu de réponse à notre question de la part de l'Office."

Traduction de l'article ci-dessous paru dans hvg.hu du 7 avril 2009

*********

Erzsébetvárosi értékvizsgálat: pert nyert a hvg.hu Első fokon pert nyert a hvg.hu újságírója a Kulturális Örökségvédelmi Hivatal (KÖH) ellen, amelytől a belső-erzsébetvárosi műemléki értékvizsgálat anyagát kérte.

Tavaly decemberben kérte a hvg.hu a hivataltól, hogy a budapesti zsidónegyed 2008. február 21-ére elkészült, telkenkénti műemléki értékvizsgálatát küldje el a szerkesztőségnek. A munkát a KÖH Műemléki Tudományos Intézetének 12 tagú kutatócsoportja végezte el a Belső-Erzsébetvárosban. Az értékvizsgálat alapul szolgált a főváros és a VII. kerületi önkormányzat együttműködésében készített, Belső-Erzsébetvárosra vonatkozó rehabilitációs szabályozási tervnek, amelyet tavaly szeptember 19-én fogadott el a VII. kerületi képviselőtestület.

A Társaság a Szabadságjogokért (TASZ) vállalta újságírónk képviseletét a perben. Baltay Levente ügyvéd a személyes adatok védelméről és a közérdekű adatok nyilvánosságáról szóló törvényre hivatkozva kérte a bíróságot, hogy kötelezze a hivatalt a közérdekű adat kiadására. Az értékvizsgálat elkészítése a hivatal feladatkörébe tartozó tevékenység, így a kért adatok közérdekű adatnak minősülnek – vélekedett Baltay.

A KÖH jogtanácsosa ezzel szemben azzal érvelt – ahogyan a hivatal sajtósa is a hvg.hu korábbi megkeresésére –, hogy ez egy belső dokumentáció, amely majd a hivatal jövőbeni döntéseit segítheti, „ráadásul tudományos anyag”. A TASZ jogásza egy korábbi, az Egészségügyi Minisztérium elleni perre is hivatkozott, amikor a jogvédő szervezet pert nyert. Akkor drogok hatásait vizsgáló szakmai háttéranyagok eltitkolása miatt pereltek , mivel a minisztérium megtagadta azoknak közérdekű adatként való kiadását. Példaként említette a Paksi Atomerőmű kárelhárítási engedélykérelmével kapcsolatos ügyet is.

Az ügyben első fokon eljáró Fővárosi Bíróság nem fogadta el a hivatal érvelését, és arra szólította fel a KÖH-öt, hogy az ítélet kézhez vételétől számítva 15 napon belül adja ki a lapunk által kért vizsgálati eredményeket. Megkerestük a KÖH-öt is, azután érdeklődve, hogy fellebbeznek-e az ítélet ellen, vagy annak kézhez vételétől számított 15 napon belül eljuttatják-e részünkre a kérdéses anyagot, de eddig nem kaptunk a kérdésre vonatkozó választ a hivataltól.

Paru dans hvg.hu du 7 avril 2009

07/04/2009

Que vaut le patrimoine mondial ? - Mit ér a világörökség?

Nyilvános adat a Kulturális Örökségvédelmi Hivatal értékvizsgálata, amelyet a világörökség részét képző régi zsidó negyedről készített. A TASZ által képviselt újságíró erre a dokumentumra volt kíváncsi, azonban a Hivatal megtagadta a kérés teljesítését.

A VII. kerületi önkormányzat a rehabilitációs tervéhez kért egy felmérést a Hivataltól. A TASZ által képviselt újságíró erre a dokumentumra volt kíváncsi, azonban a Hivatal megtagadta a kérés teljesítését. A mai tárgyaláson a Fővárosi Bíróság nem fogadta el a KÖH érvelését, miszerint az értékvizsgálatra még a jövőben bizonyosan alapulnak majd – a rehabilitációs terven kívüli - döntések, ezért a dokumentum belső, döntés-előkészítő adatnak minősül, ami törvény alapján elzárható a nyilvánosság elől. A bíróság elvi éllel leszögezte, hogy csak folyamatban lévő, konkrét döntéshozatali folyamat léte eredményezheti a nyilvánosság korlátozását, bizonytalan és jövőben bekövetkező esetleges döntések azonban nem. Az ítélet értelmében a világörökséghez tartózó városrészről készült elemzés mindenki számára nyilvános. Az ítélet ugyan nem jogerős, de remélhetőleg a KÖH különbözik a legtöbb állami intézménytől, s nem vesz igénybe minden lehetséges jogi eszközt az eljárás és az adatszolgáltatás elnyújtására. A határozat nyomán talán belátja az alperes is, hogy a régi zsidó negyed – és ehhez kapcsolódóan az arról szóló szakmai anyag – nem egy minisztérium, egy kerület vagy egy hivatal munkatárgya, hanem az ország egyedülálló értéke.

http://www.tasz.hu/

23/03/2009

Lettre ouverte au Directeur du centre du patrimoine mondial de l'UNESCO

 Budapest, le 16 mars 2009

A Monsieur Francesco BANDARIN

Directeur du Centre du Patrimoine mondial

Centre du Patrimoine mondial de L’UNESCO

7, place de Fontenoy

75352 Paris 07SP

  

Monsieur le Directeur,

En vous remerciant d'avoir, dans l'intérêt de la défense du vieux quartier juif de Budapest, envoyé une mission en novembre 2007 et en regard de l'attention particulière du « Rapport sur l'état de sauvegarde » officiel de l'Etat hongrois de février 2009, nous souhaiterions à notre tour vous rendre compte au nom de l'association ÓVÁS! de la situation du quartier.

Malheureusement nous constatons que malgré le rapport de mission de l'UNESCO-ICOMOS publié en mars 2008 et l'avertissement du Comité du patrimoine de l'UNESCO à Québec en juin 2008, aucun changement significatif ne s'est produit dans le sort du quartier juif de Budapest, les démolitions continuent.

Parmi les démarches que vous avez demandées, seules ont été réalisées la recherche des vestiges encore trouvables du mur de l’ancien ghetto et sa documentation.

A notre connaissance, aucune discussion n'a été menée avec les investisseurs, concernant les permis de démolir délivrés jusqu'à maintenant, mais non encore suivi d'effet, donc encore modifiables. L'Office de protection du patrimoine culturel (KÖH) ne considère pas qu’il est de son devoir de contrôler ces autorisations ou de modifier les autorisations concernant les affaires en cours. Par exemple, ces jours-ci, la démolition de deux anciens immeubles construits avant 1945 est en cours sur la base d'autorisations délivrées plus tôt, ainsi que celle d’un autre pour lequel le permis de démolir des parties intérieures a été délivré il y a moins de six mois. A côté de cela, le KÖH a autorisé à présent la démolition d'un autre bâtiment dans une rue derrière l'avenue Andrássy, dans une zone protégée.

La densité et le coefficient d'occupation des sols n'ont pas été réduits.

La protection des immeubles non-classés n'a pas été résolu, aucun pas en faveur de leur sauvegarde n'a été réalisé.

L'élaboration d'un système d'incitation financière tendant à la rénovation et la remise en état, tarde.

D’après le « Rapport sur l'état de sauvegarde », la loi sur le Patrimoine mondial, le Plan de gestion, ainsi que l'élaboration d’un système financier, ne seront pas mis en place avant 2010.

Le fait le plus grave, c'est que – contre toute promesse et toute attente –, le plan d’urbanisme le plus récent concernant le territoire du vieux quartier juif, préparé depuis deux ans et approuvé le 19 septembre 2008, n'est en rien meilleur que les plans précédents sérieusement critiqués au niveau international et national, car il ne diffère quasiment pas des précédents ( le projet a été préparé et approuvé par la municipalité du VIIème arrondissement, car en Hongrie, ce n'est pas la capitale mais l'arrondissement qui détient la compétence en matière d'élaboration du plan d'urbanisme et de son approbation). Ce plan d’urbanisme était appelé à remplacer les plans précédents qui ont permis entre autres de créer la situation que le rapport de mission a qualifiée d'inacceptable.

Le plan d'urbanisme approuvé est resté redevable des attentes formulées par l'UNESCO et l'ICOMOS : l'arrêt complet des démolitions, la règlementation de la construction des bâtiments neufs favorisant une architecture respectant l'unité architecturale du quartier protégé, et en même temps moderne et de qualité. Ceci en relation étroite avec les densités de construction, la protection des cours intérieures, des jardins, des arbres, et tout ce que l’on serait en droit d’attendre dans le cas d'un quartier historique unique, protégé même au plan international. Le plan d'urbanisme approuvé permet la poursuite sans obstacle de la démolition des vieux bâtiments historiques (parfois, désormais, en conservant le décor caractéristique de la façade), en conséquence de quoi, la relocalisation des habitants, la construction de grands ensembles neufs de 2 à 3 fois plus denses, l’implantation de bâtiments dans les jardins, les vastes cours, les espaces verts existants, l'accroissement des accès béants des garages souterrains dégradant l'ambiance de la rue mais aussi la vie commerciale, etc.

  • Ne sont pas protégés les immeubles non-classés construits avant 1945, la protection de la zone ne s'applique pas. En l'absence d'une protection concrète, sur la base des lois hongroises, ces maisons peuvent êtres démolies n'importe quand. La pratique la plus récente consiste en la conservation de la façade de l'immeuble + 6 mètres derrière laquelle est construit l’immeuble de sept étages autorisé par la règlementation. Même dans de nombreux cas d’immeubles classés, de telles autorisations ont été accordées par l'Office de protection du patrimoine culturel (KÖH) (dans le cas des immeubles classés, c'est lui qui accorde les permissions, dans le cas des immeubles non-classés c'est l'arrondissement) en se référant à la règlementation en vigueur. C’est à peine s'il reste des paysages de rue qui ne soient défigurés par des constructions neuves.

  • En février 2008, une étude sur l’évaluation des classements existants et des propositions de classement par immeuble a été réalisée, mais elle n'a pas été prise en compte dans le règlement d'urbanisme, car le président de l'Office de protection du patrimoine culturel a jusqu’à ce jour toujours refusé de la rendre publique.

  • La surface constructible ou du moins le coefficient d'occupation des sols et le taux de constructibilité n'ont pas changé dans le nouveau règlement d'urbanisme. Le coefficient d'occupation des sols qui est typiquement compris entre 2 et 3 dans les ilôts d'immeubles de la zone protégée, pourra à l'avenir atteindre 4,5 à 6. Il est donc toujours possible de multiplier la densité protégée traditionnelle par 2 ou 3.

  • Dans le règlement, ni les jardins, ni les cours, ni les arbres ne sont protégés, ainsi tout espace vert est constructible, avec bâtiment et garage souterrain.

  • Bien que la limite du ghetto et les restes du mur aient été documentés, la règlementation ne fait pas référence à sa protection.

  • Dans le plan on n'a introduit aucune règlementation concernant la qualité des nouveaux bâtiments ou leur aspect architectural.

En premier lieu, sont en danger les immeubles vendus par l'arrondissement à des investisseurs. Parmi les maisons vendues ainsi – dans la zone protégée, sur la partie VIIème arrondissement- jusqu'ici 9 ont été démolies (sur la partie qui leur est rattachée 9 autres). Parmi elles 4 ont été démolies de telle sorte qu'on a conservé la façade plus une épaisseur de 6 mètres. Parmi les autres immeubles vendus aux investisseurs, une grande partie a été vidée de ses habitants, ils attendent, vides, et se dégradent (7 bâtiments dans la zone protégée et 8 bâtiments dans la zone qui lui est rattachée). Le sort sera le même pour les immeubles vendus aux autres investisseurs et le même pour leurs habitants (6 bâtiments). Au moment de la vente, le contrat n'est pas la réhabilitation authentique et le maintien des habitants, mais la démolition du bâtiment ou son „développement”, lié avec l'expulsion obligatoire des habitants dans un délai de trois ans. A la place des maisons démolies et à l'emplacement des terrains vides, les immeubles construits ou les bâtiments d'habitation dits „développés” (ce terme est en général synonyme de démolition complète des ailes intérieures et construction à leur place de bâtiments de sept étages), contiennent des appartements réalisés à des fins spéculatives, et dont la plupart ne sont pas habités. Si cela se poursuit ainsi, ce n'est pas seulement le caractère historique du quartier qui se désagrège de manière irréversible, mais l'un des quartiers commerçants les plus vivants de Budapest peut devenir un quartier de rues mortes avec des maisons mortes.

Dans la zone protégée par l'UNESCO, sur la base du plan d'urbanisme approuvé et des autorisations préalablement accordées (les terrains déjà nus + les démolitions + les développements considérés dans leur ensemble), des constructions nouvelles peuvent démarrer sur environ 40 parcelles dans les mêmes conditions que précédemment (puisque les conditions sont restées les mêmes dans le nouveau plan d’urbanisme) ; le même sort attend environ 20 autres parcelles situées dans des rues en limite de la zone protégée.

Le maire de Budapest-capitale n'a pas donné son accord à ce projet, de nombreuses associations ont aussi pris position contre ce projet – parmi elles l'association ÓVÁS!, qui a rédigé ses objections en 60 points. Malgré tout cela l'arrondissement a approuvé le projet.

Jusqu'à ce jour il n'y a pas de loi sur le Patrimoine. Celle-ci, selon l'Etat hongrois, n'est envisageable au plus tôt qu'en 2010.

Jusque là tout peut se poursuivre sans gêne.

Le Plan de gestion concernant les territoires du Patrimoine mondial de Budapest qui en réalité a été élaboré en 2005, au lieu d'avoir été valorisé sous forme de règle de droit, traine dans un tiroir. Toutefois, ce document ne contenait pas la mise en place d'un Organisme de Gestion, mais il comportait de sérieuses exigences de protection. L'année dernière, ce projet de Plan de gestion, jamais promulgué, a été complété d'une partie concernant l'Organisme de Gestion, en conservant, sans changement, les Exigences de Protection. Le contenu a été bouclé en juillet 2008, mais lui aussi traîne dans un tiroir, car depuis ce temps aucune négociation n'a commencé à son sujet (selon le rapport sa validation peut être également attendue pour 2010). Si les Exigences de Protection qui y figuraient avaient été érigées en loi ou en règlement, beaucoup de mauvaises autorisations n’auraient pas pu être délivrées.

Il n’est pas encore pas trop tard. L'insertion de cette version de 2005 dans le droit jusqu'à 2010 signifierait aussi une protection sérieuse, car sur le plan juridique elle serait hiérarchiquement supérieure au règlement d'urbanisme.

Jusque là, en l'absence de ce qui vient d'être évoqué, tout peut continuer sans changement!

Nous voyons encore une possibilité d'arrêter les évènements négatifs et de faire les premiers pas allant dans le sens de vos propositions de réhabilitation. Budapest-capitale peut décréter un moratoire de trois ans au maximum, pendant ce temps tout ce que vous avez proposé peut être préparé. En vérité, un tel vote a eu lieu en mai 2008 en faveur de la protection du vieux quartier juif de Budapest, mais la proposition des dirigeants de la capitale a été rejetée par la majorité de l'assemblée. En raison de la particularité du système municipal hongrois, outre que les arrondissements ont des droits supérieurs à ceux de la capitale elle-même, nombre des membres de l'assemblée de la capitale sont des maires d'arrondissement ou leurs représentants. Parmi eux il y a (avait) aussi le maire du VIIème arrondissement, qui a réussi à obtenir qu'une majorité significative de l'assemblée de la capitale vote contre la proposition des dirigeants de la capitale. Entretemps le maire du VIIème arrondissement a été placé en détention préventive ensemble avec plusieurs de ses associés, soupçonnés de corruption à grande échelle, pour la vente, précisément sur le territoire concerné, d'appartements, propriétés de l'arrondissement en dessous de leur valeur. En présentant de nouveau la proposition la décision de l'assemblée de la capitale pourrait peut être changer.

Dans cette situation critique, l'association ÓVÁS! a décidé de préparer un projet alternatif pour le territoire du quartier juif. Le soutien matériel de la Fondation Soros rend ceci possible. Nous ne pouvons pas proposer un règlement d'urbanisme, mais nous pouvons préparer un projet alternatif d'aménagement du secteur, où nous pourrions montrer, cette fois-ci pas seulement avec des mots, mais aussi visuellement, à quoi nous pensons lorsque nous parlons d’une réhabilitation du quartier qui préserverait ses valeurs et permettrait simultanément son épanouissement et sa rénovation. Pour que nos conceptions soient compréhensibles par tous, nous les présenterons avec des projets visuels et une maquette. Le projet verra le jour grâce à la coopération intensive d'architectes, d’architectes-paysagistes, d'urbanistes, d'experts en circulation. Le projet inclura aussi – en collaboration avec un sociologue et un économiste – une étude de faisabilité économique tenant compte des conditions et des règles économiques en vigueur actuellement, et une analyse de l’impact social des propositions.

En présentant un projet alternatif nous pensons avoir une meilleure chance d'obtenir à l'avenir le même niveau de protection internationale et nationale et les changements répondant aux attentes de l'UNESCO.

Cependant ce projet ne peut atteindre son objectif qu’à condition de recevoir une publicité suffisante.

Cette année en avril/mai nous avons la possibilité de réaliser une exposition pour montrer notre projet pour le quartier. A côté de nos propres conceptions nous montrerons le projet pour le quartier juif qui a remporté le prix du concours EUROPAN 2005, celui réalisé en 2008 par les étudiants en architecture en Hongrie, de même que les travaux de diplôme préparés en 2009 pour le présent quartier par la faculté d'architecture de Karlsruhe en Allemagne.

Malgré tout cela, nous voyons que sans votre soutien nous ne serons pas entendus.

A cette occasion, nous vous demandons de continuer à suivre avec attention ce qui se passe dans l’ancien quartier juif de Budapest.

Nous vous demandons qu'au-delà de ce que vous avez suggéré jusqu'à présent, vous exerciez une pression sur l'Etat hongrois et sur la capitale afin que la version de 2005 du Plan de Gestion concernant les territoires du patrimoine mondial de Budapest, prenne immédiatement effet comme règle de droit, car nous voyons que toutes les dispositions positives et leur acceptation, qui selon le rapport sont en projet ou en cours – parmi elles la modification du Plan de Gestion et son élargissement – prendront encore des années.

Cependant le plus efficace sera la suspension du projet approuvé en 2008 et l'octroi du temps nécessaire à l'élaboration des règles de droit favorisant la réhabilitation, autrement dit un moratoire immédiat, si cela se conjuguait avec la révision de toutes les autorisations accordées jusqu'à présent.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Directeur, l'assurance de mes salutations les plus respectueuses

 

Le Président de l'association ÓVÁS!

István Jávor

21/03/2009

Appel pour l'ancien quartier juif toujours en péril

Depuis des années des décisions inadmissibles et contre la collectivité naissent dans les arrondissements d'Erzsébetváros (VIIème arrt) et de Terézváros (VIème arrt), dont les conséquences sont que l'un des quartiers les plus précieux de Budapest est proche de l'anéantissement. Actuellement les démolitions et constructions se poursuivent comme s'il n'y avait pas eu de mise en garde sérieuse de l'UNESCO, comme s'il n'y avait pas d'enquête du parquet concernant l'aliénation des appartements. Maintenant que, peut-être enfin, les réponses juridiques convenables sont en train de se former pour l'arrêt des malheureux processus qui se sont développés ici, nous lançons un appel aux autorités compétentes, pour qu'elles ne tardent pas à prendre les mesures pratiques pour stopper la poursuite de la destruction. Pour cela, à côté des mesures à plus long terme soutenant une véritable réhabilitation, nous estimons utile de prendre immédiatement les mesures suivantes:

  • Que le secrétaire général de la mairie du VIIème suspende immédiatement toute démolition, les démolitions partielles et les transformations significatives aussi! Qu'il fasse cesser l'application des règlements contraires à la loi – toutes les situations en vigueur ou même déjà hors vigueur. Qu'il mette hors vigueur le soi-disant « règlement de réhabilitation » approuvé en septembre 2008 concernant Erzsébetváros-centre, qui lui aussi a été considéré comme contraire à la loi par le Bureau de l'Administration centrale.

  • Tant que le règlement d'urbanisme légal satisfaisant les attentes de l'UNESCO et les exigences de protection du Plan de Gestion concernant les territoires du Patrimoine mondial de Budapest ne sera pas réalisé, ni le VIème, ni le VIIème arrondissement, ni éventuellement d'autres arrondissements désignés pour intervenir dans les procédures de construction des VIème et VIIème, ni l'Office de protection du patrimoine culturel (KÖH) ne doivent donner de permission de construire ou de démolir et les autorisations forcloses ne seront pas prorogées. L'interdiction de donner des permissions portera aussi sur la construction des garages souterrains sous la voie publique, sur la coupe des rangées d'arbres et des arbres, et la rénovation de l'espace public!

  • Dans le cas des territoires du Patrimoine mondial, sur la base de la suggestion insistante de l'UNESCO, que l'Office de protection du patrimoine culturel représentant l'Etat hongrois entreprenne immédiatement des négociations avec les investisseurs dans l'intérêt de la transformation des permis de démolir/construire déjà accordés mais non encore exécutés!

  • Nous demandons aux dirigeants de Budapest-capitale de soumettre à nouveau la proposition de moratoire présentée par eux en mai 2008, mise en échec avec le soutien de György Hunvald, maire du VIIème arrondissement – dans le but de faire cesser la situation illégale actuelle et qu'ils réglementent l'obligation pour l'arrondissement de respecter un moratoire.

  • Nous appelons le président de l'Office de protection du patrimoine culturel (KÖH) à rendre public comme donnée d'intérêt public, le résultat de l'inventaire des valeurs patrimoniales réalisé en février 2008 pour rassurer l'UNESCO avec l'argent des contribuables dans le but affiché que cela serve de fondement au projet de règlement d'urbanisme, et qu'il traite néanmoins jusqu'à ce jour comme des données secrètes occasionnant ainsi des dommages incommensurables.

Budapest 19 mars 2009

Nagydiófa Egyesület   Védegylet    Levegő Munkacsoport   Civil Egyesület a Terézvárosért

Nagymező utcaiak    Hunyadi tér- Kincsünk a piac                          

ÓVÁS!  Egyesület    Élőlánc a Városért Egyesület   Ifjú Humanisták  Szindikátus Egyesület

18/03/2009

Appel pour l'ancien quartier juif toujours en péril

FELHÍVÁS

a továbbra is veszélyben lévő régi pesti zsidónegyedért!

Erzsébetvárosban és Terézvárosban évek óta megengedhetetlen, közösségellenes döntések születnek, amelyek következtében Budapest egyik legértékesebb negyede közel áll a teljes pusztuláshoz. Jelenleg a bontások és építések ugyanúgy folytatódnak, mintha nem is lett volna szigorú UNESCO figyelmeztetés, az ingatlan elidegenítések kapcsán nem is lenne ügyészségi vizsgálat. Most, hogy talán végre megfelelő jogi válaszok formálódnak az itt kialakult áldatlan folyamatok megállítására, felhívással fordulunk az illetékes hatóságokhoz, hogy ne késlekedjenek gyakorlati lépésekkel is megakadályozni a további pusztulást. Ehhez a valódi rehabilitációt megalapozó hosszabb távú intézkedések mellett a következő azonnali lépéseket tartjuk szükségesnek:

- A VII. kerület jegyzője azonnal függesszen fel minden bontást, a részleges bontást és a jelentős átalakításokat is! Szüntesse meg a törvénysértő rendeletek alkalmazását - mind a hatályos, mind a már hatályon kívül helyezetteket! Helyezze hatályon kívül a 2008. szeptemberében elfogadott, Belső-Erzsébetvárosra vonatkozó ún. „rehabilitációs szabályozási tervet”, melynél a Közigazgatási Hivatal szintén törvénysértést állapított meg!

- Addig, amíg az UNESCO elvárásait  és a budapesti világörökségi területekre vonatkozó Kezelési Terv megőrzési követelményeit teljesítő törvényes építési szabályozási tervek nem készülnek el, se a VI., se a VII. kerület, se a VI.-VII. Kerület építés-eljárási ügyeiben esetenként kijelölt más kerület, se a Kulturális Örökségvédelmi Hivatal (KÖH) ne adjon ki bontási vagy építési engedélyt, a lejárt engedélyeket ne hosszabbítsák meg! Az engedélyezési tilalom a közterület alatti mélygarázs építésre, fasorok, fák kivágására, közterület felújításra is vonatkozzon!

- A világörökségi területek esetében a magyar államot képviselő Kulturális Örökségvédelmi Hivatal, az UNESCO nyomatékos javaslata alapján, azonnal kezdjen tárgyalásokat a befektetőkkel a már kiadott, de még meg nem valósult bontási/építésiengedélyek megváltoztatása érdekében!

- Kérjük a főváros vezetését, hogy az általuk 2008. májusában kezdeményezett, de Hunvald György, VII. kerületi polgármester közreműködésével meghiúsított moratóriumra vonatkozó előterjesztésüket – a jelenleg fennálló törvénysértő állapot megszüntetése érdekében – újra terjesszék elő, és rendeletben kötelezzék a kerületet a moratórium betartására!

- Felkérjük a KÖH elnökét, hogy a 2008. februárjában elkészült műemléki értékleltár anyagát, melyet az UNESCO megnyugtatására az adófizetők pénzén azzal a meghirdetett céllal készíttetett el, hogy a szabályozási terv alapjául szolgáljon, mégis mérhetetlen károkat okozva a mai napig titkos anyagként kezel - mint közérdekű adatot  hozza nyilvánosságra!

Budapest, 2009. március 19.

Nagydiófa Egyesület   Védegylet    Levegő Munkacsoport   Civil Egyesület a Terézvárosért

Nagymező utcaiak    Hunyadi tér- Kincsünk a piac                          

ÓVÁS!  Egyesület    Élőlánc a Városért Egyesület   Ifjú Humanisták  Szindikátus Egyesület

Conférence de presse à Budapest Erzsébetváros jeudi 19 mars 2009

 

gview.png

 

04/03/2009

De nouveaux soupçons dans l'affaire immobilière d'Erzsébetváros

Les personnes mises en examen dans l'affaire immobilière d'Erzsébetváros sont soupçonnées de nouveaux faits délictueux par le parquet central. Les inculpés nient les faits délictueux qui leur sont imputés et se plaignent contre la publication de ces incriminations.

Les personnes soupçonnées sont György Gál, élu SZDSZ et responsable financier de la mairie du VIIème, Péter Kardos qui était chargé d'évaluer les propriétés municipales et le maire MSZP du VIIème arrondissement, György Hunvald. Les faits qui leurs sont reprochés sont de l'ordre de l'abus de biens sociaux. Ils louaient les logements municipaux à des membres de leur famille, à des ami(e)s puis leur accordaient le droit d'acquérir ces biens à des prix dérisoires.

****************** 

Újabb gyanúsítások az erzsébetvárosi ingatlanügyben
Újabb bűncselekményekkel gyanúsította meg az erzsébetvárosi ingatlanpanama több gyanúsítottját a Központi Nyomozó Főügyészség. Az érintettek tagadták a terhükre rótt bűncselekmények elkövetését, és panasszal éltek a gyanúsításközlések ellen.

A Központi Nyomozó Főügyészség még tavaly októberben indított nyomozást több, az erzsébetvárosi önkormányzatnál történt ingatlanügylet miatt, különösen nagy kárt okozó, üzletszerűen, társtettesként elkövetett csalás és más bűncselekmények gyanújával. Az ügyben eddig 12 embert gyanúsítottak meg, köztük Hunvald György polgármestert és két bizottsági elnököt, akiket előzetes letartóztatásba is helyeztek. Közülük e hét kedden és szerdán ismételten kihallgatták a szocialista polgármestert, illetve a kerületi önkormányzat Gazdasági és Pénzügyi Bizottságának az elnökeit, Gál Györgyöt és Kardos Pétert, akiket újabb ügyekben gyanúsítottak meg.

A főügyészség által most közöltek szerint megalapozott gyanú merült fel arra, hogy - egyes lakásügyekkel összefüggésben - Gál és Hunvald 3 rendbeli, míg Kardos Péter 1 rendbeli hivatali visszaélést követett el. A gyanú szerint a három kerületi politikus 2006-ban és 2008-ban - abból a célból, hogy rokonuknak vagy ismerősüknek jogtalan előnyt szerezzenek - visszaéltek hivatali helyzetükkel, és bérlakás kiutalása útján azonnali kedvezményes vételi lehetőséget biztosítottak pártfogoltjaiknak. Ily módon 2006-ban Gál sógornője és Kardos Péter barátja, 2008-ban pedig Gál barátnője jutott bérlakáshoz - az úgynevezett polgármesteri keretből -, amiket aztán az érintettek igen rövid időn belül, kedvezményes áron megvásároltak.

Kardos Péter barátján keresztül - akinek még bérlakás kiutalás iránti kérelme sem volt, saját tulajdonú ingatlana viszont igen - a lakást Kardos lánya szerezte meg. Gál György pedig - a főügyészség gyanúja szerint - nemcsak megszerezte a szóban forgó lakást barátnője számára, hanem annak kedvezményes vételárát is ő fizette ki helyette. A gyanúsítottak tagadták a bűncselekmények elkövetését, és panasszal éltek a gyanúsításközlések ellen." Source Stop.hu

12/02/2009

Le maire d'Erzsébetváros sous les verrous - Rács mögött tartják Erzsébetváros polgármesterét

Le maire du VIIème arrondissement de Budapest a été placé en détention préventive dans le cadre de l'affaire d'abus de biens sociaux, corruption, etc qui secoue le quartier juif de Budapest.
Rappelons que l'association des Mardis hongrois de Paris, se bat depuis deux
ans en soutien de l'Association ÓVÁS! pour essayer de sauver ce quartier remarquable de la destruction.

Selon les juges le risque de récidive reste entier, pour ces raisons ils ont placé György Hunvald en détention préventive pour 30 jours.
*************
A bíróság szerint fennáll a bűnismétlés veszélye, ezért Hunvald Györgyöt 30 napra előzetes letartóztatásba helyezték.
Article complet en hongrois dans Népszabadság